Marité et Frédéric

Cette nuit j'ai rêvé de Frédéric, jusqu'à ce que je réalise que je ne dormais pas. Il était allongé sur la couverture, à côté de moi, la tête sur l'autre oreiller.
- Qu'est-ce que c'est que ce blog?
- Tu dois bien savoir. 
- Ce n'était pas courant de mon temps.
- De ton temps! On dirait que tu es mort depuis dix ou vingt ans.
- Cinq ans. C'est long.
- Je croyais que tu étais parti.
- J'étais parti... C'est quoi ce blog?
- C'est un médium, un moyen de se parler sans se voir.
- Du spiritisme technomoderniste. Tout à fait pour moi.
- Je ne savais pas que tu étais dans l'appartement.
- Je ne sais jamais exactement où je suis. C'est pas mal chez toi. C'est grand.
- Chez moi c'est toujours assez grand pour tout le monde. Et chez toi? C'est comment aujourd'hui?

Il a ri, il avait l'air de trouver ma question très marrante, il se fichait de moi et de ma tentative de lui extorquer le secret.

Il riait de plus en fort, ça m'a fait peur, sa bouche en grand, avec ses dents, presque je voyais l'intérieur de son crâne.
Je me suis réveillée encore, il n'était plus là.
Bon, c'est un rêve.

Ce matin, sur le bureau, j'ai trouvé des papiers en désordre, des griffonnages, son écriture.
Il n'a pas le code d'accès, ce soir, je ne fermerai pas l'ordinateur, on verra bien.

Et puis, j'ai commandé une webcam.