06 avril 2010

Vent noir

La porte qui s'ouvre je m'y engouffre, c'est ma porte, je fonce.

Je ne sais pas comment je suis encore là, je suis morte, c'est un fait, je  suis là c'est un autre fait.

J'ai reçu une éducation bourgeoise, très stricte, à une époque où on ne plaisantait pas avec l'éducation des jeunes filles, je vais donc me présenter dans les règles:

Bonjour, je suis Rachel Lehmann.

J'ai 23 ans, c'est définitif depuis 1943.

J'habite un tableau dont je descends, le soir de Pessah, pour rappeler à cette idiote de Marité K que j'existais.

Depuis que je suis morte je suis devenue mauvaise, je ne suis pas d'accord, je râle, je sors de mon trou pour la secouer.

Elle n'est pas au meilleur de sa forme ces jours-ci, ça m'arrange plutôt, son état du moment  me donne beaucoup de place.

Je ne suis pas fière de moi. Je suis en contradiction totale avec tout ce qu'on m'a appris.  Premièrement je suis morte, ce qui est déjà un scandale en soi, ensuite je suis agressive alors que j'ai  été très bien élevée, et enfin, je hante, ce qui est très incorrect dans mon milieu.

J'ai dit il y a longtemps à la locataire en titre de cet Appartement, que j'attendais d'elle qu'elle m'écrive. Je l'ai suffisamment envahie pour qu'elle s'en acquitte dans "Pessah", mais elle traîne, elle chipote, ce Pessah m'anime en miniature. Pour me donner de l'espace, il suffirait d'y mettre Fin.

Moi, je ne vis pas dans un placard en attendant les jours meilleurs, je suis dans un tableau qui bouge, qui porte mon nom inscrit sur une plaque de cuivre:

Rachel Lehmann - Paris 1920 - A. 1943   

C'est bien fait si je remplis sa tête dans ses jours de vent noir, mais ça ne tient qu'à elle, qu'elle écrive le mot fin, elle sera débarrassée de moi.

Posté par Marite de Vos à 11:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :