03 mai 2010

Carré blanc

Corinne Mars

Hier soir à La Bernique, qu'est ce que je rencontre? Un grand costaud, frisé, blond roux, seul.

Bon, ne t'emballe pas Corinne. Je bois mon P'tit un, c'est un cocktail sans alcool, je commence la soirée comme ça, parce que sinon...

Du coin de l'oeil, je scrute, il a pris un verre de lait, avec du miel, bizarre. Si ça se trouve, c'est pareil pour lui, il commence soft, sinon...

Il monte à l'estocade, il m'offre un verre, allez hop, je passe aux mojitos, ils sont super à La Bernique, un peu chargé mais bon.

Il prend la même chose, ça va bien, je lui plais, je vois ça. Il est pas mal plus jeune, ça ne me dérange pas.

- Je préfère les femmes mûres, il dit.

Faut pas exagérer je pense, mais je ne dis rien.

- L'expérience, y a rien de plus excitant qu'il répond à mon rien, genre Depardieu quand il fait son dingue, glapissant un rire aigu et saccadé.

- Oh là ! Mon lapin, je lui dis, je suis trop jeune pour toi, j'ai pas la carte vermeil !

Il cligne des yeux, il remet deux mojitos, j'en remets deux, et après,  je ne sais pas combien il y en a eu.

Vers la fin de la soirée, il m'appelle sa Fée Bleue, il pousse ses petits cris, c'est rigolo, et puis... il s'est passé des trucs bizarres, et puis je ne me souviens plus de rien.

Je me suis réveillée avec une migraine olympique, et dans la main un lapin en costume à carreau.

Faut que je freine sur les mojitos, je me dis.

Le type, je ne sais même pas comment il s'appelle.

Lapinochio ! disent en chœur Anne-So et Garance, les patronnes de La Bernique, il s'appelle Lapinochio le grand rouquin aux incisives.

Mais Corinne n'entend pas, elle a replongé dans un rêve over ouf ! Le rouquin cause et cause, et il a le truc qui grandit, qui grandit, ça prend toute la place,

- Euh là ! cache ta joie, Lapin, qu'elle lui dit, mais rien à faire, il cause et ça pousse, ça compresse à la Bernique, et Corinne de dire, bander ça va, mais là, mon lapin, c'est du terrorisme ! Le mieux est l'ennemi du bien.

- Le pire est l'ennemi de tout qu'il répond.

- Tu parles d'un rêve dit Corinne sans se réveiller.

 

Posté par Marite de Vos à 10:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,