09 mai 2010

Management de crise

Au Petit Renard

Sacré chambard au Petit Renard, le patron est furax.
Le Norbert ne décolère pas, par les yeux il lance des éclairs, par la bouche il marmonne, par le corps il jugule sa rancune: c'est un silencieux.
Même le Léon ne lui arrache pas un rictus. D'habitude, ils causent


- Salut mon Léon, ne lui dit pas le Norbert aujourd'hui, je te sers un canon?

- Oui, que répondrait Léon, vas-y mon Nono.

et le Norbert de lui servir une belle bassine d'eau fraîche au pastis, mais juste une pointe, le Léon est en désintoxication terminale.

Léon a passé la tête, il a senti l'orage et il est reparti en balade dans les rues de Batbourg, vidées par la télé, c'est l'heure du film.

Norbert a mal mangé, le dîner était infect, il faut  virer la cuistote, Norbert n'est pas un vireur.

Mais il va devoir sévir, le scandale déborde, ils en ont mangé, le ver est dans les clients.

Tarte desséchée  aux légumes bouillis, pâte feuilletée à la graisse de synthèse, achetée toute faite à l'Heureux Marché, trop cuite, refroidie aux courants d'air de la rue, réchauffée au micro onde.

Bourguignon pas cuit.
Tarte encore au dessert,  fraises pas mûres, pâte brûlée, trempée de jus de fraises cuites au micro ondes et en bouquet, un "moelleux" au chocolat plus farineux que chocoleux, écrasé par la honte au fond de son ramequin.

Norbert est un gentil, ça dure depuis deux mois, s'il n'arrive pas à l'éjecter de la cuisine, il va être obligé de la tuer.

Posté par Marite de Vos à 12:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :