23 décembre 2011

Crise de loose

- I beg your pardon, but i was before you.

- Oh, là, là, i beg too, euh, two ? Or to. Bref, j'm'en fous qu't'était là avant moi, de toute façon, on fait pas la queue.

- Coupez ! Coupez ! Putain Troudup, apprends ton texte !

- Mais c'est un texte de merde, caisse tu veux que j'y foutasse !

Atmosphère, atmosphère. L'Appartement tâte de la VO. L'idée est partie de je ne sais où, personne en s'en vante, de faire un clip pour l'étranger alors ils tentent l'anglais.

- Ce n'est pas tout à fait ça, rectifie Paulette Dolstein, la chose est fondée sur le projet de voyager à Noël.

- Comme tout le monde, dit Fabienne Berman.

- Nous, dit Alice, Albert et moi, nous ne voulons pas du tout voyager.

- Nous sommes très bien chez nous, dit Myrtille Souche.

- Absolument, dit Troudup.

Moi je suis très inquiète, voilà que Troudup et la Myrtille ne savent plus parler leur langue, la traduction les aseptise.

- Pas la traduction, dit Dolstein, c'est le traducteur qui fait défaut ici.

- Moi, dis-je, moi ? Je fais défaut ?

- Vous n'êtes pas maître de tout, répond Dolstein.

- Mais c'est moi qui traduis.

- Si c'est ce que vous croyez, dit Dracula, il ne fallait pas nous donner de libre arbitre.

- Ils sont possédés par l'Anglische, dit Braise, il faut les exorciser.

- L'Anglische ? L'Anglische ? entonne le choeur de tous les gens de l'Appartement, surpris par l'incursion d'un nouveau.

- Je le connais l'Anglische, dit Robert Dieu, c'est le fantôme rémanent de tous les cours de lycée, le reste ectoplasmique de la figure du Wall Street English. On ne torture pas impunément les mots, mêmes étrangers, ils se vengent, L'Anglische est leur Golem. Je ne crois pas à  l'exorcisme, je préconise un repas à la française.

- Dinde aux marrons ? Foie gras ? Huitres, bûche ? propose Fabienne Berman.

- Je vous trouve bien prosaïque Fabienne, dit Bruno Ragazzi, ce n'est pas normal, vous n'êtes pas toujours originale, mais là... Ah oui ! C'est l'effet Anglische !

- Non,  répond Robert Dieu, camembert barraqué, bourgogne ou bordeaux, de la gnôle de contrebande (la gnôle pascale), des noix, des pommes, des chataignes au feu de bois, du pain au levain, une omelette aux cèpes. Et du riz au lait.

Ça ne suffira pas, je médite une opération de sauvetage pour les gens de L'Appartement, un jeu de rôle pour les remettre dans leurs vies, et pour effacer la tentative de clip, un tournage à la française, avec Pierrot aux projecteurs, Michel aux dialogues, Carette et Carmet en parrain de Troudup, Arletty pour Louka, la mère Sardou pour Myrtille ...

- Et tout à lavement, dit Bérurier Alexandre venu en urgence depuis San Antonio.

Moi je dis merci à Frédéric Dard, dans ces circonstances, Bérurier est un allié de poids.

- Oh my God, dit l'ectoplasme, you are so desesperating, you are so horrible, bleah on you! You are so... so... so French !

- Ta gueule L'Anglische !

Ouf. Troudup est guéri.

 

Posté par Marite de Vos à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,