- Ils sont où les autres ? Marianne s'étonne de se poser cette question pour la première fois.

Et moi je m'étonne comme elle, où sont tous ceux qui ne viennent pas ici ? Tous les gens de l'Appartement sont dans l'Appartement, mais ils ne viennent pas tous le dire dans le blog. Pourquoi ?

- Vous êtes sûre qu'il y en a d'autres ?

J'allais répondre oui bien sûr bien sûr que je suis sûre et puis, non, je ne suis sûre de rien. Et si c'était les quelques mêmes qui jouaient tous les rôles ? Si j'avais cru inventer des gens qui ne viendraient que de la réalité ? Mon père en Troudup, en Souche, en Chauze, en Espérandieu, en Caliban... mélangé à mes frères, mes voisins, le boucher du marché, tels et tels aperçus au théâtre, dans la rue, et les femmes pareils, des mélanges à la Frankenstein de telles et telles, et moi partout dedans, hommes, femmes et même Léon ?

- Beurk, je dis, et puis, oui je suis sûre, sûre, tous les habitants des manuscrits existent et ça c'est sûr.

- Alors pourquoi ne les voit-on jamais ?

- Ils sont mieux dans leur bulle, ils n'ont rien à dire qu'ils n'aient déjà dit, ils n'ont pas trouvé le chemin ou le moyen de sortir dans le monde du réel, pas envie, pas besoin... Des raison de ne pas être là il y en a bien plus que de raisons d'y être.

Je ne demande pas pourquoi il y a quelque chose plutôt que rien, je demande pourquoi nous semblons croire qu'il y a quelque chose alors qu'il n'y a rien.

- Poils aux seins ! dit Troudup, fort opportunément ma foi.