08 décembre 2013

Mandrakadabra

Flashes, artifices, couleurs, lumières, fumées odorantes et poustouflantes, un vent de rêve souffle sur un air de Carmina Burana, Mandrake apparaît sur la piste du Grand Cirque de Bourg-les-Nains.

C'est un jeune homme blond, frêle et puissant, de cette puissance mystérieuse et secrète des magiciens.

- Y a un truc ! Y a un truc ! hurle un crédule. Il croit à la téléportation, à la perméabilité des mondes, au pouvoir du jeune Mandrake de chevaucher, Yihahh !, les ondes. Il veut savoir comment, c'est tout.

- Y a un truc ! Y'a un tr...

- Flaouff! Bzirg et Schplaff !! d'un haussement de sourcil, Mandrake a évaporé l'homme au truc.

La salle devient d'un coup très silencieuse et

Mandrake est bien embêté

Car il cherche à séduire

Pas à effrayer

- Je ne suis pas encore prêt, soupire-t-il. Dans un geste très élégant il retire son chapeau claque et d'un mouvement souple disparait dans sa cape noire et la cape s'envole.

- Hahhh, disent les gradins encore plus soulagés qu'impressionnés.

Monsieur Loyal envoie les clowns tandis que Mandrake dans sa caravane ouvre un tiroir capitonné de velours rouge dont il sort Le Livre :

Comment se faire des amis, par Le Plus Grand Scientologue ed'L'Univers Connu, (Mandrake est né aux Emouleuses) : Dale Carnegie.

 

 

Posté par Marite de Vos à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


29 janvier 2012

Un, deux...treize, cinquante-trois, quatre-vingt-dix--sept...

- Kévin Hyckse.

- Hein ?

- Je suis Le Recenseur.

- Ah oui, je lui tends la feuille couverte de signes. C'était un peu juste je lui dis, parce qu'il y a du monde ici.

- Fallait me dire, j'ai des fiches annexes.

- Oh alors, il faut peut-être recommencer.

- Oui, qu'il dit, faut tout refaire au propre, je ne peux pas rendre ça.

La feuille est illisible, on dirait une écorce desséchée, mais j'avais mis tout le monde il me semble.

- Ah oui, dit une voix inconnue, et moi, hein, j'y suis ?

Ça dépend, je réponds, vous êtes qui ?

- Oh mère ingrate, oh la vache, renier sa créature à la première rencontre, putain, merde, c'est pas bien.

- Troudup a un fils ?

- Hein ? Quoi ? J'ai rien fait dit Troudup, il parle en dormant.

- Je suis Mandrake, dit l'inconnu.

-  Ah oui, Mandrake. Vous êtes gonflé ! Je ne vous ai même pas encore écrit, faut pas exagérer, attendez d'exister avant de vous plaindre.

Il se trouve que Mandrake est prévu dans Bourg-Les-Nains, un manuscrit presque bientôt terminé, mais enfin, pas encore.

- Ben c'est qui alors, s'il n'existe pas, demande Kévin Le Recenseur, c'est qui le type-là que vous dites qu'il est pas encore là ? J'y comprends rien moi.

- Et moi alors, dit un drôle de corps à l'accent slave.

Il parle mal mais il a du mérite, étant donné qu'il n'a pas de tête, à faire valoir son existence.

Il lui manque aussi un bras ou deux mais ce n'est pas ce qui gêne le plus pour parler. Lui aussi il arrive de Bourg-Les-Nains.

Je crois qu'il est temps de finir leur histoire, ça déborde.

Posté par Marite de Vos à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :