D'où viennent Louka, les Fred, le légiste et Frida et plus...
19 juin 2014

Le Bar à Schoum

- ... et c'est avec fierté que j'inaugure aujourd'hui ce lieu né de l'initiative conjointe de Denise de Lhéry, mon adjointe de maire et de Michel Troudy...

Brouhaha dans le champ de l'Augustin Souche, père de l'Achille. On s'demande, on s'interroge, la Denise et le Troudup ?! Jacques Laprune, maire d'expérience, poursuit

- et je suis fier, et je suis fier, il a perdu son discours, tant pis, et je suis fier de couper le ruban de cette première pierre qui marquera d'un jour nouveau les alcooliques, euh, les buveurs, ah ben non, bref, ici hier, c'était le champ du Souche, ici aujourd'hui, s'ouvre l'ère nouvelle du Bar à Schoum.

Et de s'applaudir tout seul, dans l'incompréhension générale.

- Un bar à Schoum, c'est quoi c't'engin ? la question fuse dans l'anonymat.

Nono rigole, c'est pas ce bar-là qui lui fera concurrence.

- Euh là ! Calmos la bande à personne! Troudup en majesté s'avance, presque à jeun, il écarte le maire d'un geste impérial, le Bar à Schoum, c'est l'ami du foie, le copain de la vésicule, le Roméo de la gueule de bois ! Passque moi j'dis, boire c'est bien, mais on peut pas toujours refuser la science. Qui c'est qu'en a pas marre de s'réveiller avec la tête dans l' Wouah ! Wouah ! crie une partie mâle de l'assistance, soutenue en contrepoint par les aboiements de Léon et le soprano de Corinne Mars avec en fond, rythmant le thème, le schhschh marin de la foule d'au moins vingt non buveurs: un choeur de tragédie grecque.

- I zon compris, ça y est, dit Troudup au maire.

Puis il pousse Mademoiselle de Lhéry en première ligne et la laisse seule face à un groupe désormais scindé, où la tension palpite.

- Mes chers concitoyens, mes chères concitoyennes, un Bar à Schoum c'est la réponse sociale à un problème endémique qui nous...

- Ah  ça va comme ça! lance la Myrtille Souche,  vas-y Achille, c'est l'champ à ton père, t'as l'droit de causer.

Achille y va d'un pas lourd, les pieds bottés par la glaise stérile du champ de son père, qu'il a cédé à la commune contre le passage en zone constructible d'un bon lopin à la sortie de Batbourg, faut qu'ça prenne c't'histoire-là.

- Voilà, qu'il dit à tous, en face, c'est Le P'tit Renard, et Nono, il est pour, Nono opine, à côté, c'est La Grosse Lapine, silence, nul n'opine, eh ben ici, c'est l'antidote. Le Schoum, c'est le sauveur des foies trempés, le Schoum, c'est l'petit Jésus des tournées, Vive le Schoum !

Tout le monde applaudit et part vers le vin d'honneur, offert par la mairie chez Nono. Melle de Lhéry a la mine chafouine,

- Qu'avait-il besoin, glisse-t-elle à Fabiola Nibard, la directrice de l'école, qu'avait-il besoin de citer La Grosse Lapine, et Fabiola opine à son tour, opine de ch'val pense-t-elle malgré elle, opine de ch'val, elle ne va pas s'en débarrasser facilement, Lapine de ch'val, forcément puisque la Grosse Lapine ...

Moi je suis un peu ennuyée, non, disons que je suis surprise.

Je n'ignorais pas l'existence d'un bordel clandestin à Batbourg, en face à droite du Petit Renard et à gauche de l'école. Même si je n'en ai jamais écrit un mot,  je le savais. Les ignorants et les gros malins rétorqueraient, si je leur laissais la parole, que l'auteur est responsable de tout, sait tout, peut tout. Et bien non, ce bordel, un matin, il était dans ma tête alors que la veille, rien. Il existe, certes, je suppose qu'il est né des pulsions sauvages de certains de mes personnages, je n'y peux rien, c'est là, c'est comme ça.

En attendant le retour des refoulés, Denise s'active dans le nouveau Bar, quand ils vont revenir du vin d'honneur, ça sera tournées sur tournées, Schoum à flot !

Batbourg entame-t-il une ère nouvelle? A quand le Bar à foie de morue ? le Bar à Efferalgan ? Le Bar à cuiller d'huile d'olive avant cuite ?

Ah quand ! Quand et quand ! comme disait Federico Garcia Lorca qui savait de quoi il parlait (lui).


30 avril 2014

A la tienne, Marcel !

- Monsieur et Madame ont un fils: comment s'appelle-t-il ? demande Nono au comptoir.

- Ben les parents comment ki s'appellent ? demande le Souche.

- On s'en fout, Achille, c'est le nom du fils que j'demande.

- On peut pas jouer sans les parents, dit le Souche.

- Oh là là ! il est copieux çuissi, dit Troudup, à ton âge t'as pas besoin de tes parents !

- Eh ben alors, dit le Souche, vas-y, t'as qu'a l'dire comment ki s'appelle le fils !

- J'en sais rien.

- Ouais, dit Nono, c'est ça.

- Alors i dit ki sait pas et c'est lui qu'a raison ? I s'appelle Issaipa le fils ?

- Nan, dit Nono. Jean Sairien.

- Faizy un dessin, dit Troudup, i va pêter une durite.

- Tu sais lire ? demande Nono en sortant un stylo.

- Pas après cinq tournées dit le Souche, et j'm'en fous, ilaka s'ap'ler komiveu le fils à personne.

- Je r'mets la même ?

- C'est ça, dit Troudup, envoie la p'tite soeur.

Là-dessus, Achille Souche s'effondre, terrassé par une attaque de son dernier neurone sobre, en murmurant la p'tite soeur, la p'tite soeur.

Et moi, je me dis:

- Tu dois sortir du Petit Renard, tu as passé trop de temps dans ce bar, ça porte au coeur.

A moins que ce soient les effluves de pastis baraqué qui aient suffit, quoiqu'imaginaires, à me donner la face de tek (je suis un nécrivain, je ne peux pas dire gueule de bois, hips).

 

 

Posté par Marite de Vos à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 avril 2014

Le bruit du fouet: kshhhh !

- Eh ! Oh !

- Eh ! Oh ! Eh ! La Taulière ! Eh ! Oh !

-Quoi ? Hein ? Qu'est-ce qui se passe ?

- Eh ben ma poule, on s'réveille ?

- J'dormais pas, baille Myrtille Souche, c'est pas une raison pour gueuler !

Troudup s'en fiche, il continue à appeler La Taulière, moi en quelque sorte, ce moi qui lui procure assez d'existence pour vivre, aller boire un coup au Petit Renard, balader Léon, dormir et rêver.

Depuis une semaine qu'il me cherche, je ne répondais pas à ses appels, je ne voulais rien en savoir, et puis, aujourd'hui, je réponds, je ne sais pas plus pourquoi.

- Oui, Troudup, what's up ?

- Ah ben merde alors, a s'tire à Pétaouchnock et quand a r'vient, a cause pus français ?

- Qu'est-ce qui vous arrive Troudup ? La mauvaise humeur, ce n'est pas dans vos habitudes.

- D'abord et d'une, l'humeur, c'est vous qui me l'avez collée au citron, et de deux, j'suis en panne ! Merdalors c'est jamais arrivé ! J'suis en panne, j' sais même pas c'que ça veut dire, ni d'où ça vient, ni quoi ni kaisse !

Il semble que Troudup subisse les effets de ma lente remontée du tréfonds d'où j'émerge.

- Mais kaisse kal dit celle-ci, on y entrave que dalle, d'où qu'elle émerge et son tréfonds, mais oukilest !?

- Pfff. Ce n'est pas si facile, enfin, si c'est très facile, ou alors non, c'est difficile. 

- Et bien voyons, dit Troudup, si j'en faisais autant ? Si je me permettais des libertés, si je me mettais, moi aussi, à parler d'autres langues que la mienne, dans des styles non appropriés à mon personnage, qu'en penseriez-vous ma chère ?

- Heula Troudup, ça va pas ? 

- Exaquête, hurle-t-il, faut se mettre à la page, et fissa, qu'il dit, parce que moi, j'ai des trucs à vivre et mes trucs, i'm'restent en travers !

Bref, ce n'est pas l'angoisse de la page blanche, écrire ça va tout seul, on laisse aller les doigts sur le clavier, le crayon sur la feuille, l'imagination dans la tête mais, mais, quand l'imagination prend la place du clavier, que le crayon cherche l'écran et que les doigts fouinent dans la tête, ça va moins bien.

- J'étais un peu en désordre mon cher Troudup, je me laissais aller à traîner le néant, comme on traîne la rue, mais grâce à votre intervention salutaire, c'est fini.

Pas question de vous empêcher de vivre, vous et Les Gens de L'Appartement, dès tout de suite je me mets à l'oeuvre sans plus d'état d'âme.

 

Posté par Marite de Vos à 13:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 avril 2014

Je ne suis plus comédienne je suis commissaire de police

- L'Orient Express, il passait dans le golfe persique, dit Le Personnage Sans Nom, accoudé au comptoir chez Nono.

Nono s'en fiche du golfe persique, il lui dit ça,

- J'm'en fiche pas mal du golfe persique.

- T'as tort dit Troudup, le persique c'est bon dans les carottes râpées.

Moi, j'avais dit que j'y serais et bien j'y suis. Au moment de remettre l'ouvrage sur le métier, au moment juste où je suis quasiment presque prête à reprendre L'Apocatastase, voilà donc pas que je réalise que mes personnages ne sont plus dedans ?

Ils sont partis faire un tour, j'avais laissé ouverte la porte du manuscrit, ils se sont tous précipités dans L'Appartement et je dois battre le rappel.

Troudup, Fabiola, melle de Lhéry, Nono, Laprune, Chauze, Espérandieu, Phouettard, Louka, et tous les autres encore, et Bondiou, et Misère, jusqu'au substitut du procureur que je dois aller chercher.

Certains ont changé de noms, certains ont changé de vies, et tous, tous, ils ont continué à vivre et sont devenus plus costauds que moi.

Allez, Ho ! Ho ! Holà, tous, retour à la maison, c'est La Taulière qui vous le dit, Marité de Vos K est de retour.

Et bien sûr ils reviennent, pour reprendre le cours de leurs vies, là où elle est née, mais moi, j'ai un fichu trac.

D'ailleurs, d'où est-ce que je sors cette expression de scribouilleuse ? (et scribouilleuse, d'où je prends ça ?) Fichu trac, pourquoi pas mince de trouille ?

Ils reviennent dans l'instant où je les appelle et moi, je traîne les pieds sous prétexte que j'ai vaguement la nausée, le vertige, oui, le trac, avant de m'envoler.

Attachez vos ceintures, éteignez vos portables, les issues de secours sont situées à droite et à gauche de mon cerveau reptilien, elles donnent toutes sur L'Appartement, et sur le vide nourrissant de l'espace libre. A tout moment vous pourrez vous y réfugier (tu parles, comme si j'allais les laisser faire).

Et hop, ça y est, le tapis volant vient de décoller...

 

Posté par Marite de Vos à 14:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 mars 2014

The damned Cabane

Drame à Batbourg, le maire a appelé les secours, la presse est sur place: 

Des nains de jardin écrasés par une tondeuse emballée.

Nos équipes sont sur les dents pour vérifier toutes ces informations.

Dernière minute   un des nains serait sorti du coma, ils ne sont pas morts !

Dernière seconde le nain a parlé.

1. Il ne serait pas de jardin. 

2. Il ne serait pas nain.

3. Il serait un humain normal compacté par une tondeuse folle.

Le juge d'instruction demande la reconstitution des faits.

(- Léty pas con çuici, dit Troudup, ed' vouloir en r'faire encore, des nains !)

Le nain avance à petits pas vers la cabane de jardin, il sort une petite clef de sa petite poche, il l'introduit dans la serrure du cadenas, la clef est happée, impossible de la sortir.

Un serrurier défonce la porte, le nain trépigne, le juge ordonne de pénétrer in the susdite cabane exactement comme dans son témoignage. 

Le nain avance, son courage force l'admiration, il est entré, le juge le suit, mais depuis, aucune réponse aux appels

: Que se passe-t-il à Batbourg ? 

Le substitut suit le juge qui a suivi le nain in the damned cabane. Caramba ! le substitut ne répond plus !

Tous les journalistes présents s'engagent alors dans le quadrilatère maudit, il devrait être plein depuis longtemps, déjà soixante-deux personnes ont pénétré dans the damned Cabane !

: Que se passe-t-il à Batbourg ?

L'info passera, rien ne nous empêchera, le correcteur et moi-même, de faire notre devoir, nous partons avec la webcam, tout le Net saura tout. 

Nous voici sur les lieux du mystère, rien n'alerte la conscience, nous voyons des pelouses tondues, des massifs de fleurs rouges, des tulipes jaunes, des caravanes, des cabanes de jardins coquettement éparpillées près de petites maisons proprettes et bien entretenues.

Voici The Cabane, 

- J'aperçois un indigène, il porte une grosse chaussette bleue sur la tête, ah non, c'est un bob mou, bleu, bon.

- Monsieur ?! Madame ? S'il vous plaît ! Il s'enfuit à notre approche, mon correcteur le suit.

- Eh! Richard ! Reviens ! Reviens !  Le public a le droit de savoir ! Tant pire, j'y en veux pas, j'peux même vouzy dire que j'le comprends, faut assurer l'avenir du futur. Escusez l'espression un peu relâchée que j'vous entretiens, mais sans correcteur, j'arrive pu à faire dans la prose correk. Comme je disais taleure faut y aller alors j'y va.

: Que se passe-t-il à Batbourg?

- Ah! Putain d'bonguieu de bon guieu de putain ! Je crois pas asse que mes yeux i voillent, y sont tous dev'nus nains ! Putain de putain de putain de pute borgne, faut que j'me barre de là avant qu'd'ête rétréci itou ! Vain dieu, j'arrive pu à pousser la porte, j'ai beau pousser et pousser, j'peux pu l'ouvrir! J'su fermé eud'dans!

- Putréfaction, y sont tous redev'nus normaux, y sont tous grands comme moi à présent! Euh non ! c'est moi que j'sus p'tit! Putain ed'merde ! Envoyez du s'cours vous zôtt kêtes déhors, ou au moins, envoyez-y nous eul'correcteur pour qu'on pusse vous causer normal !

: Que se passe-t-il à Batbourg?

- Franchement, dit Louka, vous croyez vraiment que ça justifie l'envoi de la Brigade des Affaires Bizarres ?

- Fais pas ta sucrée, dit Troudup, c'est l'Apocatastase des Cons qui recommence, La Taulière s'est remise au boulot, alors vazy ma Poule, tout le monde sur le pont, y a du taf.

- Chouette, que j'dis à mon tour, les affaires reprennent.

 

Posté par Marite de Vos à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


20 février 2014

Que t'chi

Dans l'Appartement, les Jeux ne font pas recette. Pour Dracula la neige est un paysage, Braise la fait fondre, Troudup la trouve glissante, Batbourg s'en fiche.

Qui pourrait s'y plaire ? Même Léon n'est pas snow-friendly.

De toute façon, Batbourg est en juin, au rythme de l'enquête de Louise Kowski présentement plantée devant les tableaux d'indices, un par jour, dressés par les Fred.

Il est tard, Louka est fatiguée mais elle aime cet état d'abandon, souvent c'est le moment où l'idée vient, où se nouent les éléments épars, mais ce soir, rien, il fait chaud, l'odeur d'herbe coupée, amère et sucrée, l'écoeure vaguement.

Des pas, c'est Chauze, le légiste, qui pose sa mallette sur une table d'écolier.

Il vient au rapport, avalanche d'autopsies dans la journée, il doit être aussi crevé que moi, pense Louka.

- Je compte que vous aimiez le foie gras, le pain au cumin et le Château Yquem ?

Louka hésite, est-ce qu'il plaisante ? Non, non, c'est bien une bouteille d'Yquem qu'il sort de sa mallette. 

- Sortons, dit-elle, la lune éclaire assez.

- Vous êtes sûre ? (C'est que dehors, c'est le pré de l'école, la première scène de crime)

- Mais oui, passez-moi donc les verres, ouvrez cette merveille et commençons.

Alors, Sotchi, franchement...

 

Posté par Marite de Vos à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 janvier 2014

Si Batbourg m'était conté...

Louka arpente la classe qui leur sert de PC.

Les deux Fred, les faux siamois pervers, la regardent sans rien dire, seuls leurs yeux suivent son mouvement et puis ils se fixent là où elle s'est arrêtée d'où elle ne bougera plus jusqu'à la fin de l'interrogatoire.

- Ma-de-moi-sel-le-de-Lhé-ry, c'est votre vrai nom ?

- Mais bien sûr !

La vieille demoiselle en suffoquerait, son vrai nom, comme si elle en avait un autre, son vrai nom ! 

Louka sourit, comme elle est gentille,

- Pourtant ça ferait un beau pseudonyme.

- Mais enfin, enfin, un pseudonyme pour quoi faire ?

- Je ne sais pas... une autre carrière... Mademoiselle de Lhéry, on dirait un personnage d'Offenbach, la Denise dans La Vie Parisienne, et Louka d'entamer l'air de la gantière "Celle-ci, c'était Denise la fripponne aux blonds cheveux, la Comtesse et la Marquise, les voici tou-ou-tes les-ê deux...", elle a gardé sa voix de divette, quand elle chantait la gantière, avec le bottier... Denise, la friponne, la coquine, Denise cocotte !

- Oh ! Une cocotte ! Mais jamais ! Moi, oh ! Mais comment !

- Nous avons tous nos mystères, dit Louka, je n'ai pas toujours été commissaire de police, et vous, jamais dansé sur les tables? Mais c'est dômmage. Donc, Mademoiselle Denise de Lhéry, vous avez dirigé pendant trente ans Le Petit Batbourgeois ?

- Et bien oui, c'est le journal de la mairie.

- Et puis vous avez tenu pendant quarante ans les registres de l'état civil

- Oui, j'étais secrétaire de mairie,

- Et aussi vous teniez à jour les registres baptismaux, n'est-ce pas ?

- Euh oui... tiens, tiens, la demoiselle se trouble, ça chauffe.

- Et donc, vous connaissez tous les habitants de Batbourg nés au village depuis quarante ans.

- Oui, forcément.

C'est froid, note Louka.

- Mais aussi ceux qui n'y sont pas nés mais qui y ont venu tout jeunes...

- Oui, aussi.

Tiens, ça re chauffe.

- Alors, comme ça, vous connaissez tout le petit monde devenu grand et donc, vous avez sans aucun doute la clé du conte, et son épilogue  puisque voilà le dernière pièce de ce vilain puzzle.

– 8 –

Simplette

Il était une fois une crétine olympique, la ravie de la crèche, l’ensuquée, la flèche, la calou, l’idiote du village.

Dans sa famille on était crétin de père en fils alors dès sa naissance on l’appela Simplette.

Simplette prenait Blanche-Neige pour une vraie jeune fille qui venait faire des ménages à la maison alors que, comme chacun sait, Blanche-Neige est une fieffée connasse de putain d’enfoirée de saleté de grosse salope.

Aussi quand elle la déniaisa au lieu de passer la serpillière sur la terre battue, elle ne se rendit compte de rien, ravie elle était, ravie elle resta.

Elle devint femme de service et ne fit pas trop de dégâts mais quand même pas mal. Elle se maria avec un con, ils conçurent plusieurs imbéciles de première classe. 

Ils étaient fiers de leur progéniture qui continua la tradition familiale de remarquable insuffisance intellectuelle consubstantielle à leurs tous petits QI. 

Les deux Fred ronronnent, c'est leur moment préféré, quand elle plante l'aiguille dans l'abdomen de l'insecte.

- 8, dit Dolstein, en rangeant le dernier tract dans un dossier sans nom, ça doit s'arrêter là.

Mais ça ne s'est pas arrêté là.

Posté par Marite de Vos à 05:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 janvier 2014

Expertise

- Alors, t'en dis quoi ?

- C'est un enfant, un vieil enfant, un pauvre fou.

Louka déteste cette réponse, elle espérait que Frida y verrait autre chose, mais elle confirme ses conclusions. 

- Oui, Fred ? Tu me passes Fred, oui, allo, bon, cherchez dans les archives, état civil, faits divers, cherchez du côté des batbourgeois de souche, une vieille histoire. Je ne sais pas, vingt, trente ans, peut-être quarante. Focalisez sur l'école, c'est la première scène de crime, y a pas de hasard.

Frida sourit en lisant le numéro 7,

- S'il n'y avait pas le contexte, ce serait juste drôle.

– 7 –

Joyeux

Il était une fois un assassin.

Ses parents l’appelèrent Joyeux mais Crétin aurait été mieux.

Il portait des vêtements pleins de poches et plein les poches des pinceaux, des tubes, des couteaux, de l’huile de lin et de la térébenthine.

Il puait de très loin.

Ses parents n’eurent pas à le marier pour se débarrasser de lui parce qu’ils moururent très vite d’un accident de trajet dans leur escalier. Joyeux rangeait ses pinceaux dans de drôles d’endroits comme les marches du haut de l’escalier. Il fut très tôt un assassin précoce mais aussi un mauvais peintre, toute sa vie il le resta. Jamais il ne niqua Blanche-Neige, ce qui n’aurait pas porté à conséquence, car comme chacun sait, Blanche-Neige est une connasse de putain d’enfoirée de pourriture de grosse salope. 

Il n’eut ni femme ni enfant, en raison de quoi il s’offrit quelques tableaux de famille.

Frida est fatiguée, elle s'endort sur le numéro 8, Louka sort, Frida ne se réveillera pas avant un bon moment, la pompe à morphine est presque vide, elle le signale à l'infirmière en partant.

 

 

Posté par Marite de Vos à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 janvier 2014

6

Louka, ça ne lui plaît pas cette histoire de tracts mais les histoires qu'elle doit résoudre ne lui plaisent jamais.

Quand elle était comédienne, elle portait aussi de ces personnages qui l'emmenaient où elle n'aurait pas voulu aller, mais c'était la règle du jeu, depuis qu'elle est flic, c'est toujours avec le réel qu'elle doit vivre et avec le réel, pas de règle.

Elle a interrogé les vieilles dames, Denise de Lhéry, Paulette Dolstein, entre la mémoire du village et sa psychanalyse, elle a reçu beaucoup d'informations mais aucune réponse, trop de pistes, aucune preuve.

– 6 –

Timide

Il était une fois un bâtard. Arnaqué par ses parents avant la naissance c’est la loi des pauvres cloches.

Il était couleur café, il marchait comme en dansant, il avait le rythme-dans-la-peau-dis-donc.

Comme il n’avait rien à dire on l’appela Timide.

Ses parents n’eurent pas à le marier pour se débarrasser de lui car ils l’abandonnèrent à la naissance, ce qui montre qu’ils savaient prendre les décisions au bon moment.

Comme il était bâtard, Blanche-Neige ne voulut  jamais de lui, ce qui pourtant n’aurait pas porté à conséquence, car, comme chacun sait, Blanche-Neige est une saleté d’enfoirée de putain de grosse salope.

Timide vivait à l’écart du village dans la maison d’un absent, il aurait mieux fait de se planter dans le jardin où les fleurs et les arbres exubèrent. 

Il n’aura jamais d’enfant, la Chronique de Timide est chiante parce que Timide est chiant.

Louka hésite, elle relit les 5  précédents, son instinct de comédienne lui dit que la psychanalyste n'est pas un second rôle.

- Ho les Fred! convoquez Paulette Dolstein, 15 h au PC, amenez-moi le facteur.

- Ce qui est dit sera fait.

Elle ne sait pas comment ils font, où qu'elle soit, les deux Fred sont toujours dans son ombre.

- Et convoquez aussi...

- Melle de Lhéry. Au PC, 18h30 ? 

Comment ferait-elle sans les deux Fred ?

 

Posté par Marite de Vos à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 janvier 2014

Dormeur

Nono commence à compter, un, deux, trois, cinq, dix et merde ! C'est toute sa clientèle qui est convoquée par le tract numéro 5. 

- Si on s'met à attaquer les buveurs, dit Jacques Laprune à la cantonnade, c'est la guerre ! C'est la guerre ! C'est la guerre ! C'est la guerre ! C'est la gu

- Oh ! dit sobrement Dolstein, et c'est facile pour elle d'être sobre, elle boit du café, une fois suffit.

- Ouais, ouais, ouais. Laprune cherche en vain une suite, rien ne vient, pourtant il faudrait qu'il se mette en campagne, les municipales, c'est maintenant qu'il faut les gagner.

Nono a arrêté de compter, pourquoi elle a dit 5, pourquoi, ça veut dire quelque chose, mais quoi? Il note le chiffre pour faire un tiercé, 5, quoi 5 ? et son regard s'arrête sur le tract du jour:

– 5 –  

Dormeur

Il était une fois un sale con. 

Il était con mais on s’en fout. Comme il passait son temps à comater dans les fourrés, on l’appelait Dormeur. Il était brave en civil mais après boire : Connard 1er.

Il se maria à jeun avec une jolie femme, le soir des Noces il prit sa cuite. Entre l’entrée et la chambre à coucher, il y eut un accident de parcours qui fit de lui un jeune veuf.

Pour se consoler, il se remit à reboire. Quand il était fin saoul il fourrait  Blanche-Neige dans les coinstots bizarres, ce qui ne porte pas à conséquence, car, comme chacun sait, Blanche-Neige est une enfoirée de putain de grosse salope.

Comme il buvait trop et qu’il avait tué sa femme le soir des noces, le village l’aimait bien. On ne le secouait jamais pour le réveiller, on ne lui demandait jamais de s’excuser, il avait le droit de traiter qui il voulait pourvu qu’il soit bourré.

Il aura peut-être des enfants et ça fera des gosses d’alcoolique, petits, malingres, le teint blême et incapables d’affection.

Ah mais oui, bon, pense Nono, des types bourrés à leur mariage ça manque pas, mais du veuf spontané, y en a moins, d'ailleurs y en a pas ici.

Peu sauront qui est Dormeur, il faudrait tout savoir sur Batbourg, et personne ne sait tout, jamais. Même Paulette Dolstein ne sait pas tout.

Mais ça, elle le sait.

Elle paye son café et elle s'en va en pensant, 5, 5, 5.

 

Posté par Marite de Vos à 04:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,