Où sont Joseph et Seth
18 avril 2010

Embrouilles

Joseph

Joseph ne comprend pas Alice.
Est-ce qu'on est pas tous enfermés?
J'ai commencé dehors, on m'a trouvé dans la rue.
Plus tard, il a fallu trouver un rein? C'est ahurissant, trouver un rein? Et bien, je l'ai trouvé dans une rue, oui.

Le monde est étroit et mon domaine immense, entre les murs du jardin qui entoure la maison où je vis, entre des murs encore.
Je suis mené par mes forces, je cultive et j'entretiens ce que je peux tenir de mes mains, bien incapable d'embrasser la nature au delà du cercle de mes bras.

Mais Joseph, dit Alice. Comment faites-vous?
Je ne tiens rien, moi, je travaille à Paris, je suis dans la foule et je ne connais personne.
Les limites de mon existence sont tracées mon auteur, je n'ai pas le choix.


Pfff!  L'auteur de qui, de quoi? Et moi-même de qui suis-je le pantin?
J'écris Alice, Joseph, Troudup, Denise, Espérandieu, Marianne, Corinne, et les autres, et alors?!
C'est vous qui m'enfermez, vous qui occupez ma tête, vous qui encore aujourd'hui parlez avec mes voix.

Alice m'agace, elle est trop seule, c'est sa couleur, mais je ne suis pas responsable de tout, elle a un bon salaire, un métier où elle voit du monde, elle avait un chouette appartement, c'est elle qui a décidé de partir, je n'avais pas prévu ça.

- Vous auriez pu me donner un compagnon...

- Ah voilà, la solitude, c'est moi, la solitude? Je n'avais pas prévu, moi, que Joseph ramène Seth à Forcalquier.

Aujourd'hui rien n'ira, j'ai un poids sur le cœur, sur l'estomac, sur les poumons.

Je n'ai plus qu'à écrire un conte de fées, ou bien, tiens, une histoire pour Alice, je vais lui offrir un bonheur, puisque-je-suis-l'auteur-qui peut-tout.


Posté par Marite de Vos à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


16 mars 2010

La Mère des Fontaines

Joseph

Au dessus de Forcalquier, il y a cette source qu'on appelle depuis longtemps, longtemps, la Mère des Fontaines.
Quand Jean-Yves m'y a conduit autrefois, j'ai été ému parce que je suis un enfant trouvé et que cette mère était là pour tout le monde.

Des gamins venaient aux beaux jours y construire des barrages minuscules pour faire des baignoires géantes. Ils y passaient des  journées à travailler en discutant des meilleures méthodes de construction, de la bonne hauteur, de l'arrondi des pierres .
Ils cassaient la croûte en plein cagnard au milieu des cailloux, ils se trempaient dans l'eau glacée  puis chaude à la fin d'une journée de soleil.
Parce que Forcalquier c'est en Provence, dans les Basses Alpes.


Certains gamins, comme
Jean-François et Gérard, ont continué à venir bâtir leurs châteaux à la Mère des Fontaines, d'autres sont partis avant d'avoir eu le temps de grandir.

La majorité des gosses a oublié la Mère des Fontaines et c'est pourquoi il y a encore aujourd'hui autour de Forcalquier des paradis secrets. 

Il y a la Mère des Fontaines, il y a le jardin de Norbert, il y a mon domaine, où je vis avec Seth, qui n'a pas le droit d'être ici, qui n'a pas de papiers, qui m'a donné un rein, qui me fait vivre moi, qui aies les papiers...


Je comprends les fontaines, les sources, les paradis cachés, la circulation des fluides que les reins purifient.

Je comprends les plantes, les greffes que je leur fais comme on me l'a faite, mais je ne comprends pas le droit des uns à disposer des autres.

Je reste chez moi, avec Seth, dans mon domaine abrité de beaux murs de pierre sèche.


J'espère que Le Blog n'est pas la pomme du pommier du Père des Paradis.

Posté par Marite de Vos à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :