01 juillet 2010

Celle qui vient de loin

Lili ne sait comment elle est arrivée dans l'Appartement.

Moi je pense que c'est l'ouvrage que Celle-qui-crochète a mis en route qui a aspiré la Lili industrieuse.

Là d'où elle vient, on ne vit que par une activité incessante, l'esprit toujours occupé à prévoir, organiser et conserver pour les jours plus difficiles tout ce qui peut l'être.

Lili est Celle qui vient de loin, du Moyen Age de Pleumeur Bodou.

Elle se méfie de tout, muette et hostile, l'écran de l'ordinateur, le téléphone qui sonne, mon portable qui vibre, la radio allumée, les vitres aux fenêtres et les voitures, les gens dans les rues, mais le ciel la rassure.

- Ah! le ciel, dit-elle.

- Oui.

- C'est le même ciel.

- Sans doute.

- Toutes ces choses sont naturelles ?

- Parfaitement, nous sommes juste plus loin que vous dans le temps, lui répond-je, mais tout ça vient de votre époque, c'est un déroulement naturel.

- Je suis en train de rêver?

Je lui dis oui. Nous verrons plus tard comment lui faire accepter cette réalité.

Puis quelque chose la rassure complètement et qui justifiera qu'elle revienne souvent j'espère dans l'Appartement. Les laines colorées l'ont surprise et éblouie alors qu'elle aurait pu s'en inquiéter, ces teintes-là et ces matières synthétiques lui sont inconnues mais elle comprend tissage, tressage et tous les nouages de fils et textiles,  c'est de la vieille vieille technologie.

Elle s'y retrouve.

Elle regarde la couverture de bébé en cours de confection:

00003

- On fait  toujours du crochet  dans votre temps?

- Pas tout le monde, mais beaucoup de femmes. Celle-qui-crochète coud aussi, une autre fois vous verrez d'autres belles choses, des couleurs, des tissus, des machines merveilleuses.

Je ne lui en dis pas plus sur les machines, je ne veux pas la braquer.

Je connais mal Lili, je ne réalise qu'aujourd'hui, parce qu'elle est là, que nous sommes de la même famille. Je la croyais complètement étrangère mais elle est de la lignée des femmes qui font.
Sans doute même est-elle aux origines de Marianne, une femme qui anime et crée la maison, l'esprit du foyer, ce qui fait vivre les Hommes.

Elle porte des vêtements de lin en superposition, (la mode d'aujourd'hui) beige, écru, marron foncé, jaune safran, violet sombre (les couleurs du moment!) qu'elle a tissés et cousus elle-même. C'est beau.

Elle est très jeune, elle a le teint clair mais coloré des femmes qui travaillent dehors, son regard est noyé de l'étonnement de tout ce qu'elle découvre.
Trop à la fois? Ou bien va-t-elle réussir à absorber tant de nouveauté? Peut-être le truchement du rêve lui permettra de tout assimiler sans angoisses.

Lili m'étonne.

Je la trouvais banale et casanière, l'esprit fermé à tout ce qu'elle ne connait pas déjà, je la découvre touchante, elle me plait.

Elle est cette jeune femme du passé, la mère et toutes ses filles dans le même corps.

Quelle femme !


Posté par Marite de Vos à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,