29 janvier 2017

Flipp Flipp Flapp

Flipp flapp flipp flipp... Kiii ! Puik ! Kii! Ki!!!

- Wouah ! Wouah ! Léon ne sait plus parler, il redevient chien dans l’Appartement transformé en volière.

- Flishhhh ! Frashhh! Vvvvvvhh…

Mandarins, cardinaux rouges, serins, canaris oranges, jaunes, blancs, des tarins, et même deux perruches bleues, et une volée d’enfants qui courent sous les oiseaux  de toutes les couleurs, ça court et ça vole partout, Léon saute, la surprise le surexcite et lui rend sa nature, Troudup rit dans son coin, avachi dans un fauteuil, il croit qu’il rêve, Braise est ravie, Paulette Dolstein et Robert Dieu oublient de prendre des notes, tous les Gens de l’Appartement regardent ébahis les enfants et les oiseaux. 

Une gaieté sourde neige dans L’Appartement, des oiseaux, des enfants, comme si on n’avait jamais vu ça.

Le fait est, ils n’ont jamais vu ça, c’est la première fois que les enfants déboulent ici, il était temps de leur laisser de la place.

 - Ils en ont marre, dit Doudou qui ne sait pas marcher mais qui cause bien.

- Ben oui, dit Tara la petite fille blonde très frisée, ils peuvent pas s’amuser dans leur cage, ils peuvent pas courir partout.

- On a fermé les fenêtres, quand ils auront bien joué, on les rangera, dit Guigui un petit blond décidé.

- Bonjour tout l’monde, on est les gosses et eux, c’est les oiseaux de Papa.

- Bonjour les gosses, répond La Rumeur, L’Appartement tout entier, ses Histoires et ses Gens, salue les nouveaux arrivants.

Il était temps, dit Braise.

- Vont-ils s’effrayer de ma présence ? se demande Dracula qui vient quand même se présenter.

- Oh non ! dit cette petite brune d’une dizaine d’année.

La petite T. est ravie, c’est moi à dix ans, j'aime les morts, les vampires, Frankenstein et Dracula.

Me voilà renforcée, nous sommes deux Moi à présent dans L’Appartement.

Est-ce que les autres vont se montrer ?

 


11 janvier 2017

La vraie vie c'est pas d'la tarte

- La Taulière elle est où ? Corinne Mars se réjouit prudemment de mon éclipse, elle préfère l'exclusivité, c'est le genre de femme à aimer la compétition à condition d'être seule en piste.

Marianne s'en fiche, pas de moi, parce que Marianne c'est moi, n'est-ce pas Gustave ? Elle se fiche de la compétition, de la piste, de l'indifférence, elle est en dépression, ça occupe. 

- Et moi alors, dit Braise, tu crois que je me fiche de séduire ? D'être aimée ? Regardée ?

- Oh non, ça c'est sûr, je le sais parfaitement, hein Gustave ? Mais pour toi, ma chère chère, pas de challenge, ça se produit sans manoeuvre ou ça ne saurait se faire.

- Oui, sinon, pas de vrai désir, rien ne brûle qu'un feu tiède, à peine une flammèche pâle.

Alors le souffle puissant de Dracula passe sur son visage, emmêle ses cheveux, elle rougit, elle pâlit, elle flambe. Braise, c'est l'amour tout entier à sa proie attaché (merci Racine et d'abord merci Phèdre).

-  Elle se cache ? demande Corinne, elle est mal à l'aise, Braise est là, Marianne se manifeste par son absence et moi, elle voudrait que je sois un fantôme, la rémanence d'une existence passée.

Est-ce que je me cache ?

- Non, ê s'cache pas, êl'planque.

Troudup vient de donner la réponse que je ne cherchais pas, c'est ça je planque.

Mon nouveau manuscrit me fait la vie et c'est ça que je veux écrire, la vie, c'est vache, c'est pas la-vie-c'est-vache, c'est vache de me mener la vie dure sur la vie, merdalors, pour qui il se prend ce manuscrit ?

C'est mon histoire qu'il porte et il ne répond pas à mon appel ?

Ici est ma solution, mes personnages doivent venir ici, je leur donne l'adresse, je les libère. Je planque derrière les portes, je les regarde vivre au lieu d'aller les chercher partout ailleurs, dans les souvenirs, dans le passé, dans ma tête, dans mes rêves, dans le réel.

- Tête mon cul ! Souvenirs mon cul ! Réel mon cul !

- Merci Zazie, tu as mis le doigt dessus, la vie ni la vérité ne sont dans le Réel.

- Comme si on savait ce k'c'est la vérité, comme si quelqu'un au monde savait ce k'c'est !

- Tu causes, tu causes, dit Troudup, comme si t'étais pas un tyran, comme si on était libres de sortir de c'te putain de prison que tu nous as fabriquée, tu peux toujours appeler ça l'Appartement.

- Ben dis-donc, t'as la mémoire courte Alzy, qui est parti en vacances à Carraix-dans-l'Oigne? En menaçant de ne jamais revenir ? C'est moi peut-être ? Lâcheur ! J'ai cru ne plus te voir ! Maître chanteur !

- Hé! Hé ! Comme qui dirait qu'elle serait de retour dans sa petite cape et son collant-body, SuperTeigne, Notre Sainte Patronne. La Taulière est de retour Allélouuuu-yah !

- Ah ouis, c'est ça ! Eh ben je... je vais... Vous verrez bien c'que j'vais.

 

Posté par Marite de Vos à 13:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 septembre 2016

Sésame !!! Merde, quoi Sésame !!!

La Porte de l'Appartement est fermée.

On dirait qu'elle est coincée, ça ne s'ouvre plus. 

Merdalors, j'allais, sans intention particulière, quand je me suis aperçue que La Porte ne s'ouvrait plus ! 

J'ai fait intervenir Le Grand Serrurier.

- Mais depuis quand doit-on passer par la porte ?

- Depuis qu'une certaine Taulière a mis les bouts, eh ! Lâcheuse ! dit Troudup, très fâché dis-donc.

- Un peu que j'ai les boules, se faire effacer par son auteur, c'est dégueulasse, chu orphelin depuis des mois! De sa mère, on s'remet, mais de son Créateur ! C'est pas humain. Des mois qu'ici les mots n'existent plus, des mois de silence, des mois que dans l'Appartement personne peut plus moufter. 

- POURQUOI??! Pourquoi ? dit la Rumeur.

- Pardon, je dis, je ne sais pas pourquoi. Je ne sais pas ce qui s'est passé.

- Jure que tu l'f'ras plus, jure ! dit Troudup encore furieux.

- Je ne peux pas, je ne sais pas si je recommencerai ou non.

- Bon tant pis, on la reprend la Pomponnette, dit Troudup plus fâché du tout. 

- Vous nous avez manqué, très chère, dit Dracula.

- Infiniment, dit Braise

Et tous les Gens de l'Appartement de gronder autour de moi comme une marée qui monte en bouillonnant un soir d'orage.

- Ils m'ont manqué aussi, je m'en rends compte à l'instant où j'écris ces lignes, à un point que je n'imaginais pas. Quelle est donc cette chose qui m'a prise et éloignée de vous, et d'abord de moi-même ?

 

Posté par Marite de Vos à 17:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14 janvier 2016

Dans l'Appartement coule La Scène

- Je me demande si j’ai bien fait de prendre ce train, dit Gena.

Braise devrait être surprise, c’est la première apparition de Gena dans l’Appartement, au contraire, il lui semble qu’elle la reconnait.

- C’est une question qu’on finit toujours par se poser. Normalement.

- ça ne me donne pas de réponse

- Y’a pas d’réponse.

- Pourtant dans ce miroir, on dirait moi.

- C’est parce que je suis de l’autre côté?

- Je me vois en vous.

- Avec trente ans de moins quand même.

- Les actrices font toujours moins.

- C’est bizarre… Braise pense tout haut.

- Quoi ?

- ça ne me dérange pas, vous c’est moi, dans trente ans.

- Curieux c’est vrai, je me vois avant

- Et je me vois après

- Nous n’avons pas de présent.

- Le présent c’est la Scène.

- Nous sommes dans le présent éternel

- Dans l’Appartement, le temps n’a pas cours.

- Je me demande pourquoi je ne suis pas venue avant.

 

Posté par Marite de Vos à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 janvier 2016

Abcès

- Je ne suis plus comédienne, dit Louise Kowski, je suis inspecteur de police. 

- Et ?... dit Braise

- J'aimais bien être comédienne. Depuis que je suis inspecteur, les émotions ne sortent plus, ça fait des abcès, des abcès de compassion, de frustration, des abcès de rêves avortés. C'est pas beau.

- ça fait mal.

- Depuis qu'elle n'écrit plus ma vie, je tourne en rond, en prison dans mon enquête. Faudrait qu'ça bouge.

- Sinon ?

- Je risque d'imploser.

- C'est pas drôle.

- La Taulière n'a qu'à s'en occuper, c'est son job d'être drôle.

- M'en occuper, m'en occuper, je voudrais bien que ça vienne tout seul, moi je dis. Ce soir j'ai pas l'inspiration comique.

- Appelle Troudup, dit Braise.

- Il est absent.

-Troudup, absent ? 

- Oui je réponds, je pensais à un truc et il m'est sorti de l'esprit.

- Dur, dur, dit Braise.

- Tu l'as dit je réponds, faudrait pas qu'ça dure.

 

Posté par Marite de Vos à 21:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


02 janvier 2016

Reminaissance de l'Absenthe...

Ma première bonne résolution de l'année, ne pas en prendre.

- C'est une excellente résolution dit Paulette Dolstein.

Ma seconde non résolution: renoncer aux exergues qui ne marchent pas.

Ce qui n'est pas dans ton coeur n'est nulle part ailleurs.

Prends garde à ce que tu désires tu risques de l'obtenir.

J'ai choisi comme guide ces deux phrases à tour de rôle pendant des années, aujourd'hui je les abandonne à qui les voeux. Elles ont échoué pour moi, le ver était dedans. Prendre garde à ce que tu désires, trouver ce qui est dans ton coeur, il faudrait d'abord le savoir, ah! ah! ah !

Je viens de transgresser ma Première Loi: ne pas paraître ici en Personne, seuls des personnages ont le droit d'y parler. 

Encore une résolution que je n'applique pas.

- Je vous approuve, très chère, dit Dracula.

- Et comment ! ajoute Braise.

- Ben mon vieux ! Troudup se réjouit de...

- Un peu que je m'réjouis, pas la peine de le penser à ma place, allez Nono, champagne !

- Tu veux pas un p'tit Bardouin plutôt? Les mélanges ça t'réussit pas.

- T'as raison Nono, Champagne pour tout l'monde et pour moi une Absenthe...

- Une absinthe ?

- Nan, une Absenthe, cette année j'invente !

Et pendant que Nono sort Le champagne des grands soirs, Ruinard 78, elle entre au Petit Renard l'Absenthe de Troudup...

 

 

Posté par Marite de Vos à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

21 janvier 2015

Soldes

- A rien, qu'il dit le Troudup.

J'ai la flemme aujourd'hui, pas envie de dire à quoi ni à qui il répond, allez on brade, chacun choisit la question, le poseur de question et même l'auteur tiens.

- Tout pour rien, alors, dit Troudup.

- Au contraire, tout pour tout, je réponds, quand on a le choix on a tout.

- Tu parles d'une arnaque, on s'fait toujours avoir à ce jeu-là, on choisit rien.

- Je suis d'accord dit Braise, on est choisi on ne choisit pas.

- Si on est choisi c'est que quelqu'un a eu le choix, non ? Je suis contente de moi, j'ai bien planté mon clou.

- Oh, dit Dracula, si on ne vous connaissait pas, on pourrait croire que vous pensez vraiment que nous avons le choix parce que nous choisissons...

Bleah ! J'étais partie pour un jour de rien, une réplique à la Troudup et ça faisait l'article, mais non, ils montent tous au filet pour m'obliger à les écrire vivants, et pour ça ils doivent avoir leur propre pensée, pfff, mais à quoi pensent-ils ?

- A rien, qu'il dit le Troudup.

 

Posté par Marite de Vos à 12:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 janvier 2015

Lapeur de l'amor

- Elle est déglinguée la Taulière, dit Troudup.

- Pourquoi tu dis ça ? dit Frédéric, elle est toujours comme ça, non ?

- Exaquette, mais jusqu'ici ça déteint pas sur les titres.

- Quoi ? Frédéric lève la tête et oui, juste au-dessus de sa tête il y a un truc écrit en gros,

- Ah ! C'est le titre, ça ?

- Ouais.

- Lapeur de l'amor, c'est un suce mamour ?

- Sais pas, dit Troudup, c'est ça la déglingue, tu te mets à écrire n'importe quoi, ça fait artiste.

- Toi tu risques pas.

- Nan.

- La peur de la mort, dit Fabienne, c'est pas compliqué, la peur de la mort, comme tout le monde.

- C'est l'effet salaire dit Troudup.

- What ? dit Frédéric qui en perd son latin, 

- Les fesses à l'air, dit Troudup, ouf, elle va mieux.

- Zéro partout dit Dracula 

- C'est l'A-peur de l'A-mort, dit Braise.

- Ben on est bien, dit Troudup, caisse ke ça veut dire ?

- Rien, ça veut rien, je dis, faute de frappe 

- C'est ça dit Troudup, faute de frappe tapez-vous des embrouilles. 

- Faut qu'ça cesse dit Louka, on va se fader la police des syntaxes, garde à nu et tout le toutim.

- Saint Taxe merdalors, dit Troudup, manquerait plus qu'on paye pour ça.

Et voilà ce qui arrive les jours de rien, jeux de mots jeux de Zozo.

- Sang sûr, dit Paulette Dolstein, le bout d'un coagule.

- Cette fois ça suffit, dit Droopy, on ferme.

Faim, feint, fin

 

Posté par Marite de Vos à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

08 janvier 2015

N'est Charlie que Charlie

Dans L'Appartement comme partout, on est atterré par la bêtise des petits bonshommes en noir. Quoi qu'ils aient cru faire, ça ne sert à rien. 

- Je ne suis pas Charlie, dit La Taulière, personne n'est Charlie que Charlie. 

- Le talent, dit  Braise, est intolérable à la médiocrité.

- Sont-ils médiocres ? pense Fabienne Berman, sont-ils médiocres ? Et d'ailleurs, sont-ils ? Sont-ils tout court, est-ce que ce geste stupide donne consistance à leur existence?

- Se produire dans un acte ne donne aucune consistance à l'être, ils sont devenus des hamsters tournant dans la roue de la bêtise incarnée dans leur acte, dit Troudup en plein contre emploi.

- Cause toujours, dit Le Lecteur Anonyme, Charlie Hebdo a déjà publié le dessin, ils désespèrent le prophète, c'est dur d'être aimé par des cons...

- Il n'y a pas d'amour chez les petits bonshommes en noir, dit Paulette Dolstein, ils sont impuissance, rancoeur et échec, et ce qu'ils sont ils l'étalent partout comme des enfants fous qui jouent avec leur merde.

Amour nulle part merde partout, y a plus qu'à trouver quelqu'un pour faire le dessin: 

- C'est pas gagné dit Fabienne, je ne suis pas Charlie...

- Personne n'est Charlie que Charlie, dit le Lecteur Anonyme. Moralité: abonnez-vous.

 

Posté par Marite de Vos à 10:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

27 octobre 2014

L'Amour

- OH OH EHO !

- ohohohhh...

- C'est qui ?

- quiii...

- C'est l'Echo ?

- cooooo...

pac pac pac pac

ticlac ticlac ticlac

Braise et Dracula arpentent, faisant semblant d'être dans le désert d'un vaste caveau.

- Vous cherchez un appart' ? demande Astrid.

- Non, dit Braise, on fait danser nos chaussures.

paticlac paticlac paticlac

Astrid est attirée par Dracula, elle aime la nuit à cause des astres mais Dracula, c'est mieux qu'une étoile, c'est un trou noir, un monde à l'envers.

Braise se fiche bien des groupies de son homme, ils sont à l'autre pour l'éternité, alors les passantes... Et Astrid a beau aimer la nuit, elle est une boule de feu, un soleil pas une lune, pas un feulement de l'ombre comme Braise. A Astrid il faut un homme du dessus de la terre, pas un homme des ténèbres comme Drac.

Il en est des femmes comme des sangs, pense Braise, certaines sont donneurs et receveurs universels et d'autres ne vont qu'à leur identique, Braise est capable d'aimer le premier venu, Astrid, elle, devra y trouver le creux où se lover, son complémentaire compatible.

- Où kell est la Patronne? Où sait kell est ! beugle Troudup, traîné par Léon, complètement cuit lui aussi. Il s'assoit par terre, il pleure un peu, elle est partie, ki dit, elle nous a plaqué moi ?

- Comment savoir, dit Dracula, quand on est quitté ?

- Regardez mieux, tout est là, les fleurs dans les vases, le bureau ciré, les chaises, les canapés, les fenêtres ouvertes sur la nuit, le jour, les pays et les ciels, regardez, l'Appartement est habité autant qu'il l'a toujours été, et moi, je suis là, parmi vous, pour toujours.

- De temps en temps, dit Nono, de temps en temps, dit Fabienne Berman, de temps en temps, dit Léon, de temps en temps disent-ils finalement tous ensemble, on a besoin de preuves pour croire à l'amour.

- Eh bien, je suis là, parmi vous comme vous êtes parmi moi, j'existe, vous existez, et sang (oui avec un g) moi aussi, vous palpitez dans l'éther éternel de l'imaginaire véritable.

- Et ça sent bon dit Troudup apaisé.

 

Posté par Marite de Vos à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,