19 janvier 2015

Lapeur de l'amor

- Elle est déglinguée la Taulière, dit Troudup.

- Pourquoi tu dis ça ? dit Frédéric, elle est toujours comme ça, non ?

- Exaquette, mais jusqu'ici ça déteint pas sur les titres.

- Quoi ? Frédéric lève la tête et oui, juste au-dessus de sa tête il y a un truc écrit en gros,

- Ah ! C'est le titre, ça ?

- Ouais.

- Lapeur de l'amor, c'est un suce mamour ?

- Sais pas, dit Troudup, c'est ça la déglingue, tu te mets à écrire n'importe quoi, ça fait artiste.

- Toi tu risques pas.

- Nan.

- La peur de la mort, dit Fabienne, c'est pas compliqué, la peur de la mort, comme tout le monde.

- C'est l'effet salaire dit Troudup.

- What ? dit Frédéric qui en perd son latin, 

- Les fesses à l'air, dit Troudup, ouf, elle va mieux.

- Zéro partout dit Dracula 

- C'est l'A-peur de l'A-mort, dit Braise.

- Ben on est bien, dit Troudup, caisse ke ça veut dire ?

- Rien, ça veut rien, je dis, faute de frappe 

- C'est ça dit Troudup, faute de frappe tapez-vous des embrouilles. 

- Faut qu'ça cesse dit Louka, on va se fader la police des syntaxes, garde à nu et tout le toutim.

- Saint Taxe merdalors, dit Troudup, manquerait plus qu'on paye pour ça.

Et voilà ce qui arrive les jours de rien, jeux de mots jeux de Zozo.

- Sang sûr, dit Paulette Dolstein, le bout d'un coagule.

- Cette fois ça suffit, dit Droopy, on ferme.

Faim, feint, fin

 

Posté par Marite de Vos à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


14 janvier 2015

Redistribution

- ...né séra plou malado et révénério et s'appélério Frida

- Ta gueule Gabriel, tu vois pas qu't'embêtes la dame ? dit Troudup au gars un peu lourd qui colle à Louka.

- Frida ? Frida ! Louka est sidérée, Frida !?

- Et bien oui, dit Frida, c'est moi.

- Mais... mais...

Louka a des raisons de bégayer, la dernière fois qu'elle a parlé à Frida, c'était au téléphone à la fin de L'Apocatastase des Cons, puis une infirmière du centre de soins palliatifs lui a dit Frida n'est plus avec nous. 

- Mais comment ? Mais qu'est-ce qui...

- Je viens de le dire, gazouille Gabriel agacé, né sérrra plou malado s'appélérrrio Frrrida, ça va mieux avec l'accent ?

- Oh, Gabriel... dit Troudup, range tes ailes dans ton sac à dos et boit ton verre en silence sinon tu vas finir tricard.

Gabriel s'en fout, il enrobe Frida d'un soufle parfumé (au Rinquinquin ?) et s'envole.

- Salut l'Archange, à demain... dit Marianne devant son rhum arrangé, très souriante parce que Gabriel lui a annoncé une super nouvelle (genre elle porte un gène divin qui va la rajeunir de vingt ans, non, quinze).

- C'est le désir, répond Frida

- Tu serais là depuis longtemps, dit Louka.

Non, le désir ne suffit pas, il a fallu aussi la colère et ce mot que je ne sais pas trouver, qui dit le refus de ce que certains appellent la réalité: le contraire de la résignation. La réalité, c'est moi qui la fait: Frédéric fait la cuisine au Petit Renard, Frida vient y boire un perroquet et constate que l'endroit lui convient.

- C'est curieux pense-t-elle dans son for intérieur, il me semble que j'ai changée mais je ne sais pas en quoi, je ne sais pas d'où je viens, je ne sais plus...

La personnalité que je lui avais donnée s'est dissoute dans le passage de Batbourg à l'Appartement... ah non, un grand soupir ironique de Gabriel, en vol stationnaire au dessus de moi me suggère que c'est lui le responsable, par la brise angélique qu'il a soufflée sur Frida. 

- Vous n'avez pas besoin d'une serveuse demande-t-elle à la cantonade ?

- Si ! lance Frédéric depuis la cuisine,

- Si, hurle Troudup, j'en ai ma classe de faire le larbin, j'préfère tiser que compter les points. T'es engagée ma poule !

- Chouette, dit Frida, je suis sûre que je suis une bonne serveuse.

- Et tu chantes aussi, dit Louka,

- Ah bon, dit Frida en commençant à fredonner sans s'en rendre compte, Chou, Andy, dis-moi oui, oh oui, dis-moi dis-moi oui ! d'une voix à tomber, accompagnée par un riff d'enfer de Fred Chichin.

 

 

Posté par Marite de Vos à 13:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

28 mars 2014

The damned Cabane

Drame à Batbourg, le maire a appelé les secours, la presse est sur place: 

Des nains de jardin écrasés par une tondeuse emballée.

Nos équipes sont sur les dents pour vérifier toutes ces informations.

Dernière minute   un des nains serait sorti du coma, ils ne sont pas morts !

Dernière seconde le nain a parlé.

1. Il ne serait pas de jardin. 

2. Il ne serait pas nain.

3. Il serait un humain normal compacté par une tondeuse folle.

Le juge d'instruction demande la reconstitution des faits.

(- Léty pas con çuici, dit Troudup, ed' vouloir en r'faire encore, des nains !)

Le nain avance à petits pas vers la cabane de jardin, il sort une petite clef de sa petite poche, il l'introduit dans la serrure du cadenas, la clef est happée, impossible de la sortir.

Un serrurier défonce la porte, le nain trépigne, le juge ordonne de pénétrer in the susdite cabane exactement comme dans son témoignage. 

Le nain avance, son courage force l'admiration, il est entré, le juge le suit, mais depuis, aucune réponse aux appels

: Que se passe-t-il à Batbourg ? 

Le substitut suit le juge qui a suivi le nain in the damned cabane. Caramba ! le substitut ne répond plus !

Tous les journalistes présents s'engagent alors dans le quadrilatère maudit, il devrait être plein depuis longtemps, déjà soixante-deux personnes ont pénétré dans the damned Cabane !

: Que se passe-t-il à Batbourg ?

L'info passera, rien ne nous empêchera, le correcteur et moi-même, de faire notre devoir, nous partons avec la webcam, tout le Net saura tout. 

Nous voici sur les lieux du mystère, rien n'alerte la conscience, nous voyons des pelouses tondues, des massifs de fleurs rouges, des tulipes jaunes, des caravanes, des cabanes de jardins coquettement éparpillées près de petites maisons proprettes et bien entretenues.

Voici The Cabane, 

- J'aperçois un indigène, il porte une grosse chaussette bleue sur la tête, ah non, c'est un bob mou, bleu, bon.

- Monsieur ?! Madame ? S'il vous plaît ! Il s'enfuit à notre approche, mon correcteur le suit.

- Eh! Richard ! Reviens ! Reviens !  Le public a le droit de savoir ! Tant pire, j'y en veux pas, j'peux même vouzy dire que j'le comprends, faut assurer l'avenir du futur. Escusez l'espression un peu relâchée que j'vous entretiens, mais sans correcteur, j'arrive pu à faire dans la prose correk. Comme je disais taleure faut y aller alors j'y va.

: Que se passe-t-il à Batbourg?

- Ah! Putain d'bonguieu de bon guieu de putain ! Je crois pas asse que mes yeux i voillent, y sont tous dev'nus nains ! Putain de putain de putain de pute borgne, faut que j'me barre de là avant qu'd'ête rétréci itou ! Vain dieu, j'arrive pu à pousser la porte, j'ai beau pousser et pousser, j'peux pu l'ouvrir! J'su fermé eud'dans!

- Putréfaction, y sont tous redev'nus normaux, y sont tous grands comme moi à présent! Euh non ! c'est moi que j'sus p'tit! Putain ed'merde ! Envoyez du s'cours vous zôtt kêtes déhors, ou au moins, envoyez-y nous eul'correcteur pour qu'on pusse vous causer normal !

: Que se passe-t-il à Batbourg?

- Franchement, dit Louka, vous croyez vraiment que ça justifie l'envoi de la Brigade des Affaires Bizarres ?

- Fais pas ta sucrée, dit Troudup, c'est l'Apocatastase des Cons qui recommence, La Taulière s'est remise au boulot, alors vazy ma Poule, tout le monde sur le pont, y a du taf.

- Chouette, que j'dis à mon tour, les affaires reprennent.

 

Posté par Marite de Vos à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 février 2014

Que t'chi

Dans l'Appartement, les Jeux ne font pas recette. Pour Dracula la neige est un paysage, Braise la fait fondre, Troudup la trouve glissante, Batbourg s'en fiche.

Qui pourrait s'y plaire ? Même Léon n'est pas snow-friendly.

De toute façon, Batbourg est en juin, au rythme de l'enquête de Louise Kowski présentement plantée devant les tableaux d'indices, un par jour, dressés par les Fred.

Il est tard, Louka est fatiguée mais elle aime cet état d'abandon, souvent c'est le moment où l'idée vient, où se nouent les éléments épars, mais ce soir, rien, il fait chaud, l'odeur d'herbe coupée, amère et sucrée, l'écoeure vaguement.

Des pas, c'est Chauze, le légiste, qui pose sa mallette sur une table d'écolier.

Il vient au rapport, avalanche d'autopsies dans la journée, il doit être aussi crevé que moi, pense Louka.

- Je compte que vous aimiez le foie gras, le pain au cumin et le Château Yquem ?

Louka hésite, est-ce qu'il plaisante ? Non, non, c'est bien une bouteille d'Yquem qu'il sort de sa mallette. 

- Sortons, dit-elle, la lune éclaire assez.

- Vous êtes sûre ? (C'est que dehors, c'est le pré de l'école, la première scène de crime)

- Mais oui, passez-moi donc les verres, ouvrez cette merveille et commençons.

Alors, Sotchi, franchement...

 

Posté par Marite de Vos à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 janvier 2014

Si Batbourg m'était conté...

Louka arpente la classe qui leur sert de PC.

Les deux Fred, les faux siamois pervers, la regardent sans rien dire, seuls leurs yeux suivent son mouvement et puis ils se fixent là où elle s'est arrêtée d'où elle ne bougera plus jusqu'à la fin de l'interrogatoire.

- Ma-de-moi-sel-le-de-Lhé-ry, c'est votre vrai nom ?

- Mais bien sûr !

La vieille demoiselle en suffoquerait, son vrai nom, comme si elle en avait un autre, son vrai nom ! 

Louka sourit, comme elle est gentille,

- Pourtant ça ferait un beau pseudonyme.

- Mais enfin, enfin, un pseudonyme pour quoi faire ?

- Je ne sais pas... une autre carrière... Mademoiselle de Lhéry, on dirait un personnage d'Offenbach, la Denise dans La Vie Parisienne, et Louka d'entamer l'air de la gantière "Celle-ci, c'était Denise la fripponne aux blonds cheveux, la Comtesse et la Marquise, les voici tou-ou-tes les-ê deux...", elle a gardé sa voix de divette, quand elle chantait la gantière, avec le bottier... Denise, la friponne, la coquine, Denise cocotte !

- Oh ! Une cocotte ! Mais jamais ! Moi, oh ! Mais comment !

- Nous avons tous nos mystères, dit Louka, je n'ai pas toujours été commissaire de police, et vous, jamais dansé sur les tables? Mais c'est dômmage. Donc, Mademoiselle Denise de Lhéry, vous avez dirigé pendant trente ans Le Petit Batbourgeois ?

- Et bien oui, c'est le journal de la mairie.

- Et puis vous avez tenu pendant quarante ans les registres de l'état civil

- Oui, j'étais secrétaire de mairie,

- Et aussi vous teniez à jour les registres baptismaux, n'est-ce pas ?

- Euh oui... tiens, tiens, la demoiselle se trouble, ça chauffe.

- Et donc, vous connaissez tous les habitants de Batbourg nés au village depuis quarante ans.

- Oui, forcément.

C'est froid, note Louka.

- Mais aussi ceux qui n'y sont pas nés mais qui y ont venu tout jeunes...

- Oui, aussi.

Tiens, ça re chauffe.

- Alors, comme ça, vous connaissez tout le petit monde devenu grand et donc, vous avez sans aucun doute la clé du conte, et son épilogue  puisque voilà le dernière pièce de ce vilain puzzle.

– 8 –

Simplette

Il était une fois une crétine olympique, la ravie de la crèche, l’ensuquée, la flèche, la calou, l’idiote du village.

Dans sa famille on était crétin de père en fils alors dès sa naissance on l’appela Simplette.

Simplette prenait Blanche-Neige pour une vraie jeune fille qui venait faire des ménages à la maison alors que, comme chacun sait, Blanche-Neige est une fieffée connasse de putain d’enfoirée de saleté de grosse salope.

Aussi quand elle la déniaisa au lieu de passer la serpillière sur la terre battue, elle ne se rendit compte de rien, ravie elle était, ravie elle resta.

Elle devint femme de service et ne fit pas trop de dégâts mais quand même pas mal. Elle se maria avec un con, ils conçurent plusieurs imbéciles de première classe. 

Ils étaient fiers de leur progéniture qui continua la tradition familiale de remarquable insuffisance intellectuelle consubstantielle à leurs tous petits QI. 

Les deux Fred ronronnent, c'est leur moment préféré, quand elle plante l'aiguille dans l'abdomen de l'insecte.

- 8, dit Dolstein, en rangeant le dernier tract dans un dossier sans nom, ça doit s'arrêter là.

Mais ça ne s'est pas arrêté là.

Posté par Marite de Vos à 05:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


07 janvier 2014

Expertise

- Alors, t'en dis quoi ?

- C'est un enfant, un vieil enfant, un pauvre fou.

Louka déteste cette réponse, elle espérait que Frida y verrait autre chose, mais elle confirme ses conclusions. 

- Oui, Fred ? Tu me passes Fred, oui, allo, bon, cherchez dans les archives, état civil, faits divers, cherchez du côté des batbourgeois de souche, une vieille histoire. Je ne sais pas, vingt, trente ans, peut-être quarante. Focalisez sur l'école, c'est la première scène de crime, y a pas de hasard.

Frida sourit en lisant le numéro 7,

- S'il n'y avait pas le contexte, ce serait juste drôle.

– 7 –

Joyeux

Il était une fois un assassin.

Ses parents l’appelèrent Joyeux mais Crétin aurait été mieux.

Il portait des vêtements pleins de poches et plein les poches des pinceaux, des tubes, des couteaux, de l’huile de lin et de la térébenthine.

Il puait de très loin.

Ses parents n’eurent pas à le marier pour se débarrasser de lui parce qu’ils moururent très vite d’un accident de trajet dans leur escalier. Joyeux rangeait ses pinceaux dans de drôles d’endroits comme les marches du haut de l’escalier. Il fut très tôt un assassin précoce mais aussi un mauvais peintre, toute sa vie il le resta. Jamais il ne niqua Blanche-Neige, ce qui n’aurait pas porté à conséquence, car comme chacun sait, Blanche-Neige est une connasse de putain d’enfoirée de pourriture de grosse salope. 

Il n’eut ni femme ni enfant, en raison de quoi il s’offrit quelques tableaux de famille.

Frida est fatiguée, elle s'endort sur le numéro 8, Louka sort, Frida ne se réveillera pas avant un bon moment, la pompe à morphine est presque vide, elle le signale à l'infirmière en partant.

 

 

Posté par Marite de Vos à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 janvier 2014

6

Louka, ça ne lui plaît pas cette histoire de tracts mais les histoires qu'elle doit résoudre ne lui plaisent jamais.

Quand elle était comédienne, elle portait aussi de ces personnages qui l'emmenaient où elle n'aurait pas voulu aller, mais c'était la règle du jeu, depuis qu'elle est flic, c'est toujours avec le réel qu'elle doit vivre et avec le réel, pas de règle.

Elle a interrogé les vieilles dames, Denise de Lhéry, Paulette Dolstein, entre la mémoire du village et sa psychanalyse, elle a reçu beaucoup d'informations mais aucune réponse, trop de pistes, aucune preuve.

– 6 –

Timide

Il était une fois un bâtard. Arnaqué par ses parents avant la naissance c’est la loi des pauvres cloches.

Il était couleur café, il marchait comme en dansant, il avait le rythme-dans-la-peau-dis-donc.

Comme il n’avait rien à dire on l’appela Timide.

Ses parents n’eurent pas à le marier pour se débarrasser de lui car ils l’abandonnèrent à la naissance, ce qui montre qu’ils savaient prendre les décisions au bon moment.

Comme il était bâtard, Blanche-Neige ne voulut  jamais de lui, ce qui pourtant n’aurait pas porté à conséquence, car, comme chacun sait, Blanche-Neige est une saleté d’enfoirée de putain de grosse salope.

Timide vivait à l’écart du village dans la maison d’un absent, il aurait mieux fait de se planter dans le jardin où les fleurs et les arbres exubèrent. 

Il n’aura jamais d’enfant, la Chronique de Timide est chiante parce que Timide est chiant.

Louka hésite, elle relit les 5  précédents, son instinct de comédienne lui dit que la psychanalyste n'est pas un second rôle.

- Ho les Fred! convoquez Paulette Dolstein, 15 h au PC, amenez-moi le facteur.

- Ce qui est dit sera fait.

Elle ne sait pas comment ils font, où qu'elle soit, les deux Fred sont toujours dans son ombre.

- Et convoquez aussi...

- Melle de Lhéry. Au PC, 18h30 ? 

Comment ferait-elle sans les deux Fred ?

 

Posté par Marite de Vos à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 avril 2011

Ya Basta

Oui et ben non.

Moi je dis ça suffit, y a basta. Je vais reprendre l'affaire en main, ça ira plus vite, et dans la bonne direction.

Je constate que la Taulière est en train de virer métapsychanalycoblabla.

Dans le premier chapitre de L'Apocatastase des Cons, elle m'a fait nommer au BAB (Bureau des Affaires Bizarres) par le préfet de police, je me sens le profil pour enquêter sur sa Non-Near-Death-Experience.

Et vérifier son état mental.

Au vu des derniers commentaires, on peut se demander s'il n'y a pas eu excès d'opiacés, overdose de morphine, et penchant exagéré pour les sédatifs de compétition.

Je me fiche qu'elle soit saine d'esprit, elle ne l'a jamais été, ni qu'elle soit dans la norme, quelle norme ? Mais si elle a passé la ligne, elle peut nous balancer, Nous les Gens de l'Appartement, dans des histoires tordues, nous déménager dans des mondes glauques ou (trop) déjantés. Elle n'a qu'à l'écrire pour nous le faire vivre. Moi je dis gaffe, il y a danger.

- Enfin dit Braise, on prend les choses en main. Depuis qu'elle est revenue, nous nous attendons à tout, Dracula s'est terré dans sa crypte, de peur de faire le mal, Rachel a pris dix kilos de stress et moi, je ne dors plus.

- Tu ne dors jamais, tu es un personnage qui vit la nuit, le jour, tu ondules entre les lignes.

- Façon de parler. Les vrais gens font ça, Louka,  ils enfilent les mots et en font des expressions sans odeur.

- Vrais gens mon cul

- Tiens, Troudup, dit Louka, ça faisait longtemps.

- Ouais ben, mon cul aussi pour longtemps. Elle a raison la Braise, on peut pas attendre que la Taulière nous rectifie les habitudes. Dans l'état qu'elle est, on risque le pire. Juste quand j'ai enfin réussi à me remettre à boire, c'est pas le moment qu'elle vienne secouer la ruche.

- Pourquoi, demande Alice, pourquoi pas faire appel aux médecins qu'elle a créés? Le docteur Dolstein, ou le docteur Chauze?

- Dolstein, oui, je vais aller la voir, répond Louka, mais pour Chauze, j'hésite, c'est  un légiste, je vais attendre que la Taulière soit morte pour la faire autopsier.

- Ehh! Ehh! Ah ouais, ehh y a aussi Tayeurt qu'est docteur, i r'çoit nuitéjour, on dort vachement bien sur sa table d'examen.

- Merci Troudup, mais je vais chercher des lumières, pas des mal comprenants.

- Hein ? Quoi ? Kess' kelle dit celle-ci?

- Elle dit, traduit Alice sur un ton très doux, qu'elle préfère s'adresser au Bon Dieu qu'à ses crétins.

Nous la Trinité, moi, je et mon soi, alias La Taulière Atteinte, je les comprends et finalement, j'attends d'eux qu'ils me sortent de là, il ne fait aucun doute qu'ils sont ma solution.

Pour l'heure, je vais entrer dans la peau de Celle-Qui-Crochète et croiser les fils en suivant les diagrammes au signe près, et puis profiter de ma traversée du  Grand Vague pour n'être que le Dieu des Issus. Ils rêvent en Moi leurs maisons, leur village et leur éternité.

En Vérité je vous le dis, ils auront ce qu'ils espèrent.

- Oh là là, disent les gens de l'Appartement, ça ne s'arrange pas, il ne faut pas tarder à s'en occuper.

 

Posté par Marite de Vos à 13:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

25 juin 2010

Yquem

Louka se fiche bien de trouver le chemin de la rue Saint Malo, elle dit

- Je ne fais pas partie de ton nuage de touristes frustrés.

- C'est parce que, en enquêteuse hors pair, tu sais lire une carte.

- Y'a de ça, me répond-elle, goguenarde, et là, je me doute de quelque chose.

Louka est une ironique, une tranchante, une à l'humour approximatif, mais Louka n'est pas une goguenarde.

- D'où viens-tu Louka?

- Je viens deu Bohê êmeu, répond-elle en chantant,

- D'où viens-tu Louka? (c'est pour lui donner l'occasion de chanter la suite)

- Je viens d'Italie!...

Bref, elle vient du pré de l'école où avec Chauze elle a vidé une bouteille de Château-Yquem.

- Et ça explique aussi, dit-elle, que je me fiche de savoir où aller et comment, j'ai la potion magique.

- Ah oui, tu connais le secret de la téléportation?

- Farpaitement.

En fait, c'est une idée que Chauze a développée (précision utile: il le fit après l'épisode Yquem).

Si cette idée est liée au fait qu'il est médecin légiste, je ne le sais pas.

- L'erreur de base qui empêcherait la libre circulation instantanée des humains dans le temps et l'espace est la référence à la vitesse de la lumière.
Alors que l'humain n'a que foutre de la lumière. Quand il est aveugle, quand il dort, quand il ferme les yeux, quand  la lumière s'éteint.
Lumière, pas lumière, ça le laisse perpendiculaire au sol, ou horizontal s'il est couché, voire entre les deux quand il est assis.
Or, enchaîne-t-il, or, renchaîne-t-il, qu'est-ce qui est propre à l'homme?

- Ah! Ah! Ah! émet Louka.

- Que non point, que ne pas, dirait Bashung, répond Chauze, point le rire, oh que pas le rire du tout,  le propre de l'homme c'est la pensée!

Or donc, si nous prenons comme référence la vitesse de la pensée, et je précise, de  la pensée et non de la connexion électrique des synapses, la pensée immatérielle, multiple, plurielle et, pour certains, incommensurablement véloce et sur plusieurs thèmes en même temps, si, donc or et subséquemment, nous additionnons derechef la vitesse des pensées instantanément activées, nous voyons clairement, même dans le noir, que ça va tellement plus vite  que cette tortue de lumière que rien n'empêche l'homme de voler du même pas.

- Voilà pourquoi, dit Louka, une bouteille de Château Yquem ouvre les voies de la téléportation bien mieux que n'importe quoi d'autre.

- Mais le rêve... dit Chauze en s'endormant sous le cerisier, son verre vide à la main dans l'odeur magnifique du divin vin.

Or, mon cher Chauze, lui réponds-je même s'il ne m'entend plus, le rêve est  pensée...


Posté par Marite de Vos à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 mai 2010

Fraîcheurs du matin

Prof, Atchoum, Simplet, et les autres.

Prof harangue le jardin des Souche.

Sous la pleine lune il se laisse aller à des exercices de tribun, mais, ce soir, parce que Batbourg a été gravement troublé par les événements que ceux qui savent savent, il peine à trouver le beau style.

- On nous exploite, on nous méprise, mais on s'en fout, on est dans les jardins, au soleil, sous la pluie, sous la neige. On se fout des saisons, des fleurs qui poussent ou ne poussent pas.

- Qu'est-ce qu'on se fout pas alors? dit Atchoum.

Et il éternue, Atchoum!! non qu'il en ait envie, avec le temps ça a fini par l'insupporter, mais il ne peut pas faire autrement, c'est dans sa nature.

Grincheux, en râlant, lui passe un mouchoir, qu'Atchoum ne prend pas parce que Gisèle, jaillie d'une chanson de Bashung, lui tend ses jarretelles et que ça le plonge dans un abîme d'ahurissements.

Prof, imperturbable, qui ne sait rien non plus des jarretelles, ni des Gisèle, poursuit son discours interrompu :

- Je vous prie d'accepter mes regrets d'avoir utilisé des termes inadéquats, je ne m'en fous pas mais m'en fiche, et toi Atchoum, tu devrais faire quelques efforts afin de t'exprimer correctement.

Atchoum est d'accord:

- De quoi ne se fiche-t-on pas?

Timide répond en hésitant sur chaque mot et d'une voix si douce qu'on ne l'entendrait pas s'il n'était porté par la nuit silencieuse:

- De parler bien, nous ne nous fichons point.
  Et si des saisons peu nous chaut,
  Des étoiles, de la lune, des odeurs et des brumes,
  Grand cas faisons
  Pour ce que dès que tombe la brune
  A la vie revenons

Prof est sur le point de répondre quand brutalement le poing (oui avec un g, le jour est brutal aux nains de jardin), le poing, donc, du jour les renvoie tous à leur état minéral.

Louka s'est réveillée sous un soleil trop chaud déjà, bien qu'il ne soit que six heures du matin.
Elle a fini tard hier et après une rude journée et un dernier échange avec Chauze, le légiste, elle s'est endormie dans le pré de l'Ecole.

Elle s'y trouve au matin couverte de rosée, telle une fleur juste éclose.

- Tu parles d'une fleur éclose, crache la Myrtille Souche, une fleur saoule oui! Si c'est pas dégueulasse des trucs pareil!

Et Simplet, intéressé demande:

- C'est quoi dégueulasse?

Posté par Marite de Vos à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,