05 mai 2010

Je me souviens aussi

Rachel Lehmann

Hélène disait, c'est à maman de le faire, maman l'a fait, il était temps.

Mais oui alors, j'étais fière, j'allais apprendre tout le reste, les gâteaux, les bouillons, les cornichons, la langue au salpêtre, j'allais tout savoir, j'allais tout savoir!

Je commençais tout juste à apprendre, je marchais à peine dans les pas de ma mère, j'ai été la reine des zibeless le temps d'un soir, à Pessah, en 1943.

La salade Turquie

Mélanger une boite de concentré de tomates,

Une boite de purée de poivrons piquants,

Cinq gousses d'ail écrasées,

Deux bottes de persil plat haché fin,

Mettre au frais au moins une journée.

Servir avec du pain grillé.

La salade Turquie se garde des mois au frais, faites-en en quantité.

Le foie haché

Deux gros oignons jaunes

Le même volume de foies de volaille, (ça fait environ 350 grammes)

Deux (ou trois) œufs durs

Une cuillère à soupe de graisse d'oie (ou de canard)

Chauffer la poêle avec la graisse, y faire fondre les oignons en lamelles fines, les saler au sel fin pour qu'ils rendent leur eau,

Quand les oignons commencent à dorer, poser les foies dessus.

Couvrir, laisser cuire doucement.

Quand les foies sont cuits, cœur rose et moelleux, les débarrasser sur une planche à découper,

Réserver le jus dans la poêle,

Avec une feuille de boucher, hacher assez finement mais pas trop le foie, les oignons, les œufs durs, saler s'il faut.

Pour finir, ajouter, si nécessaire, le jus réservé.

Mettre au frais.

C'est tout.

Quand j'avais vingt ans, toutes les Rachel savaient le faire, mais moi, je le faisais très bien.

Posté par Marite de Vos à 09:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


27 avril 2010

Séduire assez

Marité

Ah ce Dracula, je l'avais presque oublié, pourtant, c'est quelqu'un.

Quand j'étais petite, je jouais à lui, j'étais toujours Dracula, jamais les voleurs.
La vie Dracula: manger ou être mangé.

Celui-ci arrive directement de l'enfance.
Le Dracula de la Pomme Maudite était un vampire placide, gourmand, maladroit et toujours démasqué.

- Tiens donc, Dracula en brave homme!

C'est une Rachel qui vient de pointer le bout du nez,  laquelle?

- Celle qui n'a plus peur de rien.

- Ah Rachel Lehman. Pourquoi Dracula vous attire ici?

- J'aime les monstres. Le Golem, Dracula, les dinosaures, les yétis, tout ce que j'aurais voulu sortir de moi pour massacrer tous ces salauds.

- Aimer les monstres, ou bien les séduire pour se mettre à l'abri de leur puissance?

- Disons alors que je n'ai pas été assez séduisante.

J'espère qu'il n'a pas trop changé, maintenant qu'il est dans le sabot, greli grelo.
Qu'est-ce que ça va donner un Dracula embusqué dans les coins obscurs de l'Appartement?

Posté par Marite de Vos à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 avril 2010

Vent noir

La porte qui s'ouvre je m'y engouffre, c'est ma porte, je fonce.

Je ne sais pas comment je suis encore là, je suis morte, c'est un fait, je  suis là c'est un autre fait.

J'ai reçu une éducation bourgeoise, très stricte, à une époque où on ne plaisantait pas avec l'éducation des jeunes filles, je vais donc me présenter dans les règles:

Bonjour, je suis Rachel Lehmann.

J'ai 23 ans, c'est définitif depuis 1943.

J'habite un tableau dont je descends, le soir de Pessah, pour rappeler à cette idiote de Marité K que j'existais.

Depuis que je suis morte je suis devenue mauvaise, je ne suis pas d'accord, je râle, je sors de mon trou pour la secouer.

Elle n'est pas au meilleur de sa forme ces jours-ci, ça m'arrange plutôt, son état du moment  me donne beaucoup de place.

Je ne suis pas fière de moi. Je suis en contradiction totale avec tout ce qu'on m'a appris.  Premièrement je suis morte, ce qui est déjà un scandale en soi, ensuite je suis agressive alors que j'ai  été très bien élevée, et enfin, je hante, ce qui est très incorrect dans mon milieu.

J'ai dit il y a longtemps à la locataire en titre de cet Appartement, que j'attendais d'elle qu'elle m'écrive. Je l'ai suffisamment envahie pour qu'elle s'en acquitte dans "Pessah", mais elle traîne, elle chipote, ce Pessah m'anime en miniature. Pour me donner de l'espace, il suffirait d'y mettre Fin.

Moi, je ne vis pas dans un placard en attendant les jours meilleurs, je suis dans un tableau qui bouge, qui porte mon nom inscrit sur une plaque de cuivre:

Rachel Lehmann - Paris 1920 - A. 1943   

C'est bien fait si je remplis sa tête dans ses jours de vent noir, mais ça ne tient qu'à elle, qu'elle écrive le mot fin, elle sera débarrassée de moi.

Posté par Marite de Vos à 11:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 mars 2010

KWA ?

Rachel L.

Je constate que je suis entrée dans cette machine! Je déteste ces techniques modernes que je ne connais pas. Marité de Vos K a monté cette chose et je ne veux pas en être absente mais vraiment quelle idée! Qu'est-on censé faire des textes, des sentiments, des souvenirs qu'on collera ici? Ce n'est pas assez d'un journal, qui disparaît aisément dans un tiroir, dans les flammes. Ne serait-ce pas assez d'exister?

J'y ai mis ma pierre. Peut-être ne viendrai-je ici que pour lire les autres. D'ailleurs, combien sommes-nous dans l'appartement? Je ne l'ai jamais su, je ne m'étais jamais posé la question, c'est peut-être à ça que va répondre ce blog, faire les comptes?

Posté par Marite de Vos à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :