29 décembre 2011

Dans la kvizinn

- La Patronne, dit Troudup, t'as vu, elle fait la cuisine ? J'en r'viens pas.

- Caisse-tu racontes, dit Suzy Troudy, quelle patronne? Quelle Cuisine ? Y a du nouveau au P'tit Renard ?

- Oh ben non, c'est toujours Nono qu'est l'patron, et pour la cuisine, j'en mange pas.

- Ça je l'sais, au P'tit Renard, tu bois, pis c'est tout.

- Mais la Patronne, enfin La Taulière, qu'est-ce qu'elle peut bien foutre dans une cuisine ?

- A c'qu'on dirait, dit la Myrtille Souche, si a s'rait en cuisine, c'est qu'ça s'rait un être humain.

- Pas comme nous alors, dit Léon, songeur.

- J'vois pas l'rapport, dit Troudup, dans la cuisine à Suzy, y a des robots qui triment, j'vois pas l'rapport.

- E'l'rapport, dit la Myrtille, c'est qu'al bouffe!

- Nan, c'est qu'al fait à bouffer.

- Et surtout, complète Paulette Dolstein, elle nourrirait d'autres que vous, est-ce possible ?

Ils sont troublés, dois-je les éclairer ?

Disons que je suis dans la kvizinne, l'arrière-boutique où je cultive et traite les pissenlits par la  salade et par les racines. Car si la mémoire passe par les mots, qui seraient le propre de l'homme, la mémoire et les mots, moi je crois, car il s'agit de foi, que ça passe d'abord par les lèvres, la langue, les papilles, l'oesophage et l'estomac.

- Et tout ça finit dans les cabinets et la chasse d'eau, précise encore Paulette Dolstein.

- Les déchets, oui, dit Robert Dieu, les déchets finissent ainsi.

- Pas toujours, dit Paulette.

 

Posté par Marite de Vos à 11:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


30 novembre 2011

Battons la campagne

- Eh, dit Troudup, Eh! Eh!  Léon Président, moi je serai premier ministre, hein! C'est pas con !

Que si pense Léon, si je serais président, je choisirai un premier ministre à la hauteur. Et il note qu'il ne l'est point encore que déjà il fait entorse aux lois grammaticales, ça lui fait de la peine, il se croyait au dessus des dérives du pouvoir.

- Tu prendras un Doberman dit Le Marché, ils inspirent le respect.

Léon se demande si Le Marché peut lire dans sa tête, alors il pense discrètement, Léon président ! Moi quelqu'un ! Pas question, chien je suis, chien je reste. Chien, c'est ma nature, c'est mon destin.

- Et d'ailleurs dit Troudup, Tintin, justement, je sais des trucs pas bien jolis, hein. Tintin, son effarante double vie ! C'est dans Paris-Crache en première page.

- C'était pas Tintin, dit Suzanne Troudy.

-T'as rien compris ma poule, c'est Tintin incognito, Tintin sous couverture, i zy ont donné un nom de code, mais c'est lui l'embrouille. Tu te rends compte, mon chien Président, c'est beau Le Progrès.

 

Posté par Marite de Vos à 01:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 juin 2010

Géant de jardins

Ah ben ouiche tu parles tu parles que les géants y en a pas dans les jardins que c'est des jardins de lotissement et que les jardins sont petits et que les nains sont petits aussi mais que les géants sont grands et que tu parles qu'on va pas y mettre des géants dans les petits jardins que pourtant ça serait pas mal avec des radis dans une poche des laitues dans l'autre et en cravate des chèvrefeuilles que ça aurait une autre gueule que du petit nain moi je dis et y en a marre des petits et qu'i faudrait les protéger comme si les grands on pouvait tout leur faire et que les petits y seraient tous gentils et pis quoi encore y en a marre hein moi j'en ai marre voilà de m'occuper des mômes tout le temps je préfèrerais les grands qu'i' s'occupent d'eux un peu plus quand même ah mince alors les petits j'en ai par dessus la tête.

Et bien, me demandé-je en ouvrant l'Appartement ce matin, qui est cette personne? Quelqu'un que je connais?
Elle vient de Batbourg d'après la catégorie qu'elle a sélectionnée, mais qui peut-ce être ?
Ah, elle s'occupe des petits, c'est Suzanne Troudy.

- Faut dire son nom maintenant quand on vient causer ici et pis quoi encore !? Mince alors!

- Non, non, Suzanne, je vous en prie, vous êtes chez vous. Je ne m'attendais pas de vous à cette diatribe anti nains, vous les aimez, je crois.

- Pas si tant que la Myrtille Souche.

- Certes, mais votre jardin en abrite quelques-uns.

- Justement, j'ai planté des graines de courge y a deux mois et voilà pas que c'est des courges naines qui sortent ? Et pareils pour mes hortensias que même les glaïeuls y sont nains !
Tout est nain ! Qu'est-ce qui se passe avec les graines ?  Je veux des géants à présent, marre du p'tit.

Suzanne Troudy est grande et opulente, sous ses blouses informes, ses avantages foisonnent.

Dans son jardin miniaturisé, elle est de trop.

- Les nains n'y peuvent rien.

- Y a pas d'fumée sans eux, si les plants sont nains c'est qu'les graines sont naines et si elles sont naines c'est qu'i'sont dev'nus contagieux pis c'est tout.


Posté par Marite de Vos à 13:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 mai 2010

Hygiène de la virtualité

Il paraît que je reçois dans l'Appartement trop de monde pour que tous ces mouvements échappent aux règles des établissements ouverts au public.

Suzanne Troudy a un point de vue de femme de ménage, elle est femme de ménage.

- Une seule salle de bains, moi je dis qu'c'est pas assez, y a trop de monde pour que ça puisse aller comme ça !

Astrid voit la chose de plus haut, elle est astrologue,

- La salle de bains, c'est la maison de l'eau, verseaux, cancers, serpents d'eau...

- Ah ben ouiche! dit Suzanne, c'est bien c'que j'disais, c'est dégoûtant.

- Mais non, répond Astrid, tout sort de la salle de bains, tout s'écoule, comme la voie lactée dans le ciel nocturne.

- Par le tout à l'égoût oui qu'ça découle, et que le trou i'soye assez gros, sinon quoi bonjour le plombier, et les grilles hein? qui c'est qu'i' faut qu'i' les nettoye les grilles, c'est la Suzy!

J'ai beau dire que les Gens de l'Appartement sont de passage, venus de leurs manuscrits, où ils disposent de tout ce qui est nécessaire à leurs vies, rien n'y fait, un contrôle de l'hygiène s'annonce, il va falloir parler salle de bains.

Monsieur l'Inspecteur des Services Vétérinaires mandaté par la DDASS pour vérifier la conformité aux règlements européens de l'hygiène de l'appartement, voici quelques précisions:

S'il est vrai que l'Appartement ne jouit que d'une salle de bains, veuillez considérer qu'elle bénéficie d'une surface variant (selon mes nécessités imaginaires) de 6 mètres carrés à plusieurs centaines d'hectares.

Elle ouvre par une porte dérobée  (il y a plus de quatre mille ans, il y a prescription) sur la mer Rouge, Morte, sur la Méditerranée, sur tous les Océans, et par une lucarne aveugle, elle bénéficie d'un accès tous les vingt-huit jours sur la mer de la Tranquillité.

Veuillez également noter, je vous prie, que le plafond s'ouvrant de façon très pratique, bien qu'aléatoire, la salle de bains considérablement aérée reçoit les rayons cosmiques divers et évacue toute humidité résiduelle, et qu'en période de mousson elle quitte les tropiques pour le continent européen.

Pour finir, cher monsieur le vétérinaire des services d'hygiène de la DDASS, prenez bien conscience de la virtualité de votre existence qu'il ne tient qu'à moi de concrétiser. Ou pas.

Veuillez donc concevoir, monsieur, l'expression de mes sentiments les plus douteux.

Soyez prudent,

bien à moi,

Marité de Vos K

Astrid approuve, Suzanne a une crise de doute, est-ce que par hasard elle aurait compris quelque chose? Non. Ouf.

Posté par Marite de Vos à 10:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 avril 2010

La femme au Troudup

Suzanne Troudy

Je m'demandais, mais où qu'i' va donc mon Michel qu'il est pas au bistrot?

C'est ici!
C'est un brave homme, i' boit mais jamais le vin méchant, y en a pas beaucoup des comme lui.

I' buvait pas, c'est à cause du Léon.
Ah ben ouiche, qu'i' disent, c'est la faute au chien elle est bien bonne.
C'te bonne femme ê' se fiche de nous, son mari i' boit à cause du chien, on  nous l'avait pas faite encore
celle-là.

Mais c'est vrai, le Léon, on l'a adopté qu'il était déjà grand, c'était le chien à l'Espérandieu et l'Espérandieu, quand sa femme est décédée, i' s'occupait plus à rien.
On y a pris le chien, par service de voisin, mais le Léon, c'était déjà un chien d'ivrogne, le P'tit R'nard, c'était comme qui dirait sa promenade quotidienne.


Michel, i' voulait pas dévarier ce pauvre Léon qu'avait perdu sa maîtresse et que son maître laissait dans son coin, alors i' suivait, tous les jours au bistrot, à force...
C'est comme ça que c'est arrivé.


Faut pas croire la Paulette Dolstein qui voudrait que ça soye à cause de la psychologie, qu'elle dit, la ouebcam, qu'elle dit, je sais plus quoi.


Michel, c'est mon Mimi, un vrai gentil, Michel Troudy, et moi je suis madame Troudy, Suzanne, native de Batbourg.
Des natifs y'en a plus guère.


C'est donc ça Le Blog qu'i m'disait.
Ben c'est marrant, j'reviendrai...

Posté par Marite de Vos à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :