17 novembre 2015

Portes Zouvertes

- La mort rôde dit Léon, je sens la charogne.

- C'est aut'chose dit Troudup, comme qui dirait un parfum.

- Barbouze, de chez Fior dit Gabriel.

- Ben dis-donc je m'demande à moi-même, d'où vient ce Gabriel ? Je ne me souviens pas l'avoir écrit.

- Ah! dit Gabriel, avec la voix profonde de Philippe Noiret, depuis Vendrenuit 13, c'est portes ouvertes, la littérature fleurit dans l'air de Paris.

- Ah bon ? Vous arrivez dans l'appartement tout droit depuis Zazie dans le Métro ?

- Je veux dit Zazie, c'est pas l'métro mais c'est rien chouette ici, on dirait Versailles.

- Fortiche la moujingue, dit Gabriel, elle sort de sa cambrousse mais elle connaît son histoire de France.

- Tu causes, tu causes dit Laverdure, c'est pas Louis XIV le grand en redingotte à dentelles, c'est Dracula, et la tubéreuse en rouge et or, c'est pas la La Vallière, c'est Braise!

- Ben mon neveu, dit Zazie, j'en veux tous les jours des erreurs de géographie comme ça!

- C'est pas d'la géographie dit Léon, c'est de l'histoire.

- Bois donc un coup, dit Zazie, tu diras moins d'conneries la bouche pleine.

 

Posté par Marite de Vos à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


13 août 2015

Entre parenthèses (ou Comptine Esotérique)

Ne pas tomber dans l'escalier

Ne pas manger de tomates

Ne pas manger de chou

Ne pas manger de haricot vert, ni jaune

Ne pas manger de salade

Ne pas manger peut-être ce serait

Encore mieux

Ne pas prendre le médicament

Prendre la moitié du médicament

Faire la piqûre

Refaire la piqûre

Dire non à l'infirmière

Lui dire ah non, pas vous !

Sortir

Ne pas sortir

Tout reprendre incontinent

dit la Petite T. (qui a bien grandi).

Après quoi elle chante (dans sa tête)

D'un pied

De l'autre

P'tit' tapette

Grande tapette

P'tit pieu

Grand pieu

Non que ça l'amuse autant qu'autrefois, mais encore un peu quand même.

- Qui c'est celle-là ? demande Troudup, qu'on la connait ni des lèvres ni de rien. Et comment ça s'fait qu'elle sorte pas d'un livre ?

Il est jaloux, oui, mais elle ne vient pas d'un livre, moi aussi je me demande.

 

Posté par Marite de Vos à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 juin 2015

Où t'es quand t'es pas là ?

- Pourquoi t'écris plus ? qu'il dit Troudup.

- Chais pas, je réponds.

- On n'existe pas sans toi, faut qu'tu t'bouges ma poule.

- Ben oui, je sais bien, mais j'écris pas.

- Tu t'rends compte qu'on est tous morts si tu fais rien ?

- Oui, je me rends compte. Qu'est-ce que j'peux faire ? Avant, ça s'écrivait tout seul, vous veniez vivre ici, pourquoi vous ne continuez pas ?

- Chais pas qu'i dit Troudup, c'est vrai, chais pas.

Je soupire, je me plains, oh la pauvre ! Je fais tourner mes épaules pour étirer mon dos, je me redresse, je me tiens droite, j'entends derrière moi la télé qui ferme la route au vide, je tourne la tête à droite, à gauche, comme pour faire craquer mes vertèbres mais jamais jamais je ne ferais une chose pareille, mes vertèbres ne sont pas incassables, je fais tout ce que je sais pour faire autre chose, garder les yeux baissés sur le clavier, regarder nulle part ailleurs, ni dehors ni dedans, rien d'autre que mes mains doigtées qui tapent, et finalement, je lève la tête, sur l'écran de Nordine le Grand, la Ligne tortille, s'ébroue, s'enroule et se déploie, des mots s'écrivent, je suis devant le miroir magique, c'est moi qu'ils dessinent. 

C'est moi là-dessus, c'est moi là, dedans, je vois qui je suis, je sais où je suis. Vous en faites pas Les Gens, pas fini d'en finir.

Posté par Marite de Vos à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 janvier 2015

Soldes

- A rien, qu'il dit le Troudup.

J'ai la flemme aujourd'hui, pas envie de dire à quoi ni à qui il répond, allez on brade, chacun choisit la question, le poseur de question et même l'auteur tiens.

- Tout pour rien, alors, dit Troudup.

- Au contraire, tout pour tout, je réponds, quand on a le choix on a tout.

- Tu parles d'une arnaque, on s'fait toujours avoir à ce jeu-là, on choisit rien.

- Je suis d'accord dit Braise, on est choisi on ne choisit pas.

- Si on est choisi c'est que quelqu'un a eu le choix, non ? Je suis contente de moi, j'ai bien planté mon clou.

- Oh, dit Dracula, si on ne vous connaissait pas, on pourrait croire que vous pensez vraiment que nous avons le choix parce que nous choisissons...

Bleah ! J'étais partie pour un jour de rien, une réplique à la Troudup et ça faisait l'article, mais non, ils montent tous au filet pour m'obliger à les écrire vivants, et pour ça ils doivent avoir leur propre pensée, pfff, mais à quoi pensent-ils ?

- A rien, qu'il dit le Troudup.

 

Posté par Marite de Vos à 12:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 janvier 2015

Poils aux seins !

- Ils sont où les autres ? Marianne s'étonne de se poser cette question pour la première fois.

Et moi je m'étonne comme elle, où sont tous ceux qui ne viennent pas ici ? Tous les gens de l'Appartement sont dans l'Appartement, mais ils ne viennent pas tous le dire dans le blog. Pourquoi ?

- Vous êtes sûre qu'il y en a d'autres ?

J'allais répondre oui bien sûr bien sûr que je suis sûre et puis, non, je ne suis sûre de rien. Et si c'était les quelques mêmes qui jouaient tous les rôles ? Si j'avais cru inventer des gens qui ne viendraient que de la réalité ? Mon père en Troudup, en Souche, en Chauze, en Espérandieu, en Caliban... mélangé à mes frères, mes voisins, le boucher du marché, tels et tels aperçus au théâtre, dans la rue, et les femmes pareils, des mélanges à la Frankenstein de telles et telles, et moi partout dedans, hommes, femmes et même Léon ?

- Beurk, je dis, et puis, oui je suis sûre, sûre, tous les habitants des manuscrits existent et ça c'est sûr.

- Alors pourquoi ne les voit-on jamais ?

- Ils sont mieux dans leur bulle, ils n'ont rien à dire qu'ils n'aient déjà dit, ils n'ont pas trouvé le chemin ou le moyen de sortir dans le monde du réel, pas envie, pas besoin... Des raison de ne pas être là il y en a bien plus que de raisons d'y être.

Je ne demande pas pourquoi il y a quelque chose plutôt que rien, je demande pourquoi nous semblons croire qu'il y a quelque chose alors qu'il n'y a rien.

- Poils aux seins ! dit Troudup, fort opportunément ma foi.

 

Posté par Marite de Vos à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


19 janvier 2015

Lapeur de l'amor

- Elle est déglinguée la Taulière, dit Troudup.

- Pourquoi tu dis ça ? dit Frédéric, elle est toujours comme ça, non ?

- Exaquette, mais jusqu'ici ça déteint pas sur les titres.

- Quoi ? Frédéric lève la tête et oui, juste au-dessus de sa tête il y a un truc écrit en gros,

- Ah ! C'est le titre, ça ?

- Ouais.

- Lapeur de l'amor, c'est un suce mamour ?

- Sais pas, dit Troudup, c'est ça la déglingue, tu te mets à écrire n'importe quoi, ça fait artiste.

- Toi tu risques pas.

- Nan.

- La peur de la mort, dit Fabienne, c'est pas compliqué, la peur de la mort, comme tout le monde.

- C'est l'effet salaire dit Troudup.

- What ? dit Frédéric qui en perd son latin, 

- Les fesses à l'air, dit Troudup, ouf, elle va mieux.

- Zéro partout dit Dracula 

- C'est l'A-peur de l'A-mort, dit Braise.

- Ben on est bien, dit Troudup, caisse ke ça veut dire ?

- Rien, ça veut rien, je dis, faute de frappe 

- C'est ça dit Troudup, faute de frappe tapez-vous des embrouilles. 

- Faut qu'ça cesse dit Louka, on va se fader la police des syntaxes, garde à nu et tout le toutim.

- Saint Taxe merdalors, dit Troudup, manquerait plus qu'on paye pour ça.

Et voilà ce qui arrive les jours de rien, jeux de mots jeux de Zozo.

- Sang sûr, dit Paulette Dolstein, le bout d'un coagule.

- Cette fois ça suffit, dit Droopy, on ferme.

Faim, feint, fin

 

Posté par Marite de Vos à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

14 janvier 2015

Redistribution

- ...né séra plou malado et révénério et s'appélério Frida

- Ta gueule Gabriel, tu vois pas qu't'embêtes la dame ? dit Troudup au gars un peu lourd qui colle à Louka.

- Frida ? Frida ! Louka est sidérée, Frida !?

- Et bien oui, dit Frida, c'est moi.

- Mais... mais...

Louka a des raisons de bégayer, la dernière fois qu'elle a parlé à Frida, c'était au téléphone à la fin de L'Apocatastase des Cons, puis une infirmière du centre de soins palliatifs lui a dit Frida n'est plus avec nous. 

- Mais comment ? Mais qu'est-ce qui...

- Je viens de le dire, gazouille Gabriel agacé, né sérrra plou malado s'appélérrrio Frrrida, ça va mieux avec l'accent ?

- Oh, Gabriel... dit Troudup, range tes ailes dans ton sac à dos et boit ton verre en silence sinon tu vas finir tricard.

Gabriel s'en fout, il enrobe Frida d'un soufle parfumé (au Rinquinquin ?) et s'envole.

- Salut l'Archange, à demain... dit Marianne devant son rhum arrangé, très souriante parce que Gabriel lui a annoncé une super nouvelle (genre elle porte un gène divin qui va la rajeunir de vingt ans, non, quinze).

- C'est le désir, répond Frida

- Tu serais là depuis longtemps, dit Louka.

Non, le désir ne suffit pas, il a fallu aussi la colère et ce mot que je ne sais pas trouver, qui dit le refus de ce que certains appellent la réalité: le contraire de la résignation. La réalité, c'est moi qui la fait: Frédéric fait la cuisine au Petit Renard, Frida vient y boire un perroquet et constate que l'endroit lui convient.

- C'est curieux pense-t-elle dans son for intérieur, il me semble que j'ai changée mais je ne sais pas en quoi, je ne sais pas d'où je viens, je ne sais plus...

La personnalité que je lui avais donnée s'est dissoute dans le passage de Batbourg à l'Appartement... ah non, un grand soupir ironique de Gabriel, en vol stationnaire au dessus de moi me suggère que c'est lui le responsable, par la brise angélique qu'il a soufflée sur Frida. 

- Vous n'avez pas besoin d'une serveuse demande-t-elle à la cantonade ?

- Si ! lance Frédéric depuis la cuisine,

- Si, hurle Troudup, j'en ai ma classe de faire le larbin, j'préfère tiser que compter les points. T'es engagée ma poule !

- Chouette, dit Frida, je suis sûre que je suis une bonne serveuse.

- Et tu chantes aussi, dit Louka,

- Ah bon, dit Frida en commençant à fredonner sans s'en rendre compte, Chou, Andy, dis-moi oui, oh oui, dis-moi dis-moi oui ! d'une voix à tomber, accompagnée par un riff d'enfer de Fred Chichin.

 

 

Posté par Marite de Vos à 13:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

09 janvier 2015

Gods Unlimited

- Caisse ki disent ? demande Troudup 

- Je n'entends rien répond l'abbé Phouettard

- Tu t'entends même pas péter...

- Ah pardon, pardon, dit Phouettard, ça n'a rien à voir, là je devrais entendre !

- Et pourquoi t'entends pas ?

- Parce que c'est une réunion au sommet.

En effet, ça se passe au sommet, très haut dans le ciel de L'Appartement, qui est le même ciel que celui de toutes les histoires du monde, bref, au ciel de la littérature les Dieux sont réunis.

Il y a là Yahvé, Zeus, PDG de la Greek Gods Association, Bouddha, Sarasvati déléguée générale de Indian Gods Company, Christ lui-même, envoyé par son Dieu-le-père, Le Prophète, très affecté par les derniers débordements de ses prétendus adeptes, un Titan et sa mère Gé, un tout petit troll qui se représente lui-même, un gros lingot d'or, et d'autres que je ne reconnais pas, tous les dieux enfin que les hommes ont adoptés au cours de leur histoire sont réunis pour traiter La Question: Que faire des hommes ? 

- Putain, dit Troudup, j'espère qu'il n'y a pas de réponse.

- Pareil, je dis.

 

 

Posté par Marite de Vos à 11:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 janvier 2015

N'est Charlie que Charlie

Dans L'Appartement comme partout, on est atterré par la bêtise des petits bonshommes en noir. Quoi qu'ils aient cru faire, ça ne sert à rien. 

- Je ne suis pas Charlie, dit La Taulière, personne n'est Charlie que Charlie. 

- Le talent, dit  Braise, est intolérable à la médiocrité.

- Sont-ils médiocres ? pense Fabienne Berman, sont-ils médiocres ? Et d'ailleurs, sont-ils ? Sont-ils tout court, est-ce que ce geste stupide donne consistance à leur existence?

- Se produire dans un acte ne donne aucune consistance à l'être, ils sont devenus des hamsters tournant dans la roue de la bêtise incarnée dans leur acte, dit Troudup en plein contre emploi.

- Cause toujours, dit Le Lecteur Anonyme, Charlie Hebdo a déjà publié le dessin, ils désespèrent le prophète, c'est dur d'être aimé par des cons...

- Il n'y a pas d'amour chez les petits bonshommes en noir, dit Paulette Dolstein, ils sont impuissance, rancoeur et échec, et ce qu'ils sont ils l'étalent partout comme des enfants fous qui jouent avec leur merde.

Amour nulle part merde partout, y a plus qu'à trouver quelqu'un pour faire le dessin: 

- C'est pas gagné dit Fabienne, je ne suis pas Charlie...

- Personne n'est Charlie que Charlie, dit le Lecteur Anonyme. Moralité: abonnez-vous.

 

Posté par Marite de Vos à 10:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 janvier 2015

Les tilleuls mentent

- Merdalors, qu'il dit le Troudup, caisse ki m'arrive, comment j'vais faire ?

- Non, monsieur Troudy, re répète le docteur Tayeurt, non, non, non, il n'y a pas de médicament pour ça.

- C'est un monde ça quand même ! On peut empêcher un gus de boire mais on peut pas le r'mettre d'équerre ?! 

Hélas non, la science ne peut pas redonner à Troudup le goût de l'alcool, peut-être avec le Progrès ça viendra mais ça n'est pas sûr.

Depuis que Troudup a vu l'autre côté du bar, il ne boit plus que des limonades, ça le désoblige, même Léon ne sachant quoi dire aboie n'importe quoi, à moins que ce soit Troudup qui ne le comprenne plus.

- Eh ben ma vieille, dit Nono, qu'est-ce qui t'arrive, t'as l'air en vrac. Viens donc boire ma tisane, ça va te remettre perpendiculaire au sol.

Et oui, par la vertu du tilleul, Troudup retrouve le chemin de l'ivresse, il en reprend une tasse

- Quand même, ki dit, on m'aurait dit que je deviendrai accro à l'eau chaude, j'l'aurais pas cru. D'ailleurs en fait et by the way, y a quoi dans l'tilleul ?

- Comment ça y a quoi dans l'tilleul ? Du tilleul !

- Mais ça s'rait pas le tilleul du tilleul au Souche des fois ? Le tilleul ed' l'ancien cim'tière ? 

- J'en sais rien, c'est Denise de Lhéry qui me fournit !

- Oh putain, c'est l'tilleul à Denise, oh, c'est du bon, je l'connais çui là mais je l'fumais, je l'buvais pas, oh, j'comprends, c'est du copieux !

- T'abuses un chouïlle, dit Nono,  j'ai connu une polonaise qu'en buvait tous les matins.

- Faut être au moins polak pour encaisser la dose, allez mon gars, remézymoizen une, et hop, encore un qu'les martiens n'auront pas !

- Les prussiens, corrige Nono machinalement.

- Les prussiens ! Comme si t'en avais déjà vu des prussiens! 

- Toujours autant que d'martiens.

 

Posté par Marite de Vos à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,