02 janvier 2013

Actualité

- Faudrait s'inscrire dans l'Histoire.

- Inscrire quoi ? Dans qui ? Où ?

- L'Appartement, là, faudrait qu'il entre dans la Modernité.

- Pour quoi faire ?

- Ben, Fabienne Berman hésite un peu, elle vient de réaliser que c'est La Taulière en personne qui lui répond, pas plus conciliante que d'habitude. Je voudrais que l'Appartement soit référencé dans les panels 2013.

- Qu'est-ce que c'est que ça ?

- Un outil que je viens d'inventer, pour consolider par une crédibilisation Scientifique les résultats de l'enquête que je vais lancer tout à l'heure. Fondée sur une question très importante: une étude sur la résolution des conflits sociaux.

- Pas moins que Scientifique! dit Paulette Dolstein, impressionnant...

Fabienne se sent mal, euh, c'est-à-dire qu'euh...

- C'est-à-dire qu'elle s'emmerde dit Troudup, et quand ça s'emmerde la Fabienne,  ça dit des conneries, pis ça en fait.

- Donc ? continue-je en tant que moi-La-Patronne.

- Voilà! C'est ça, là, c'est ça, ouais ! Faudrait voir à voir et à savoir reprend Fabienne, très remontée. Je vais faire un sondage, une enquête, des statistiques pour choisir enfin entre La Patronne et La Taulière: 2013 sera l'année de la non confusion.

- Non confusion, mais que dit-elle ! Non confusion, quelle pauvre nouille que cette Fabienne, dit Dracula d'habitude plus inventif. Il est avachi sur le canapé couleur Chartreuse, nouvellement arrivé dans l'Appartement.

Il est fatigué comme on dit à Rennes les lendemains de nuit blanche, si fatigué qu'il s'endort en parlant et si Braise ne le protégeait pas avec une couverture, il fondrait aux pâles rayons du jour comme une sorcière de Walt Disney.

- J'ai besoin de dossiers, faut que je fasse des plans, répond Fabienne, pour piloter des projets. Faut bien que je m'occupe ?

- Rebois un coup, plutôt ! dit Troudup et c'est méritoire de bouger encore car bien qu'on soit le 2 janvier il est resté dans la nuit du 31. Mais épuisé par ce dernier effort, il s'évanouit sur Dracula.

Fabienne est déçue, elle croyait trouver un espace vide pour écrire tranquillement sa petite histoire et non, il y a toujours quelqu'un ici. On a beau montrer page blanche, elle est toujours déjà habitée. 

Elle est déçue Fabienne mais elle est un peu fatiguée aussi, elle va s'échouer en vrac dans le grand canapé Chartreuse.

- Je sais ! Je vais lancer une campagne de recensement dit Fabienne emparée par un petit néant tout frais.

- Ah quand même, dit Le Recenseur, ça fait au moins deux ans que je tourne, il était temps qu'une équipe se forme.

 

 

Posté par Marite de Vos à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


29 juin 2012

Interlope

- C'est quoi  interlope ?demande Esther qui n'est pas cinéphile et ne se doute pas qu'elle fait hommage à Jean Seberg dans Pierrot le Fou.

Donc elle demande c'est quoi interlope? et pas c'est quoi dégueulasse ?

- Interlope, c'est l'entre deux mondes, je réponds, entre truands et bobos, entre échangistes et puritains. En répondant je pense interlope c'est dans chez moi, interlope c'est ici, entre eux et moi, entre moi et moi.

Esther, ça lui va, mais moi, je suis troublée, je dois creuser.

-  Pas la peine d'aller chercher trop loin, dit Dolstein.

- C'est bien la première fois que vous me dites de ne pas chercher loin ?

- A qui parlez-vous ?

- A vous ! Qu'est-ce que c'est que cette question, je vous parle à vous, Paulette Dolstein !

- Eh bien oui, vous me parlez à moi et moi je n'existe pas.

- Ah là là, toujours cette vieille lune, réalité, imaginaire, comme si c'était pertinent. La carte n'est pas le territoire, elle en est une représentation subjective, nous le savons. N'empêche que je vous parle, et que je suis en lien aussi avec le plugged monde puisque je suis sur le Net.

- Ah putain, bite, couilles, faites pas chier ! dit Troudup.

- Peut-être, je lui réponds, mais vous posez virgules et point d'exclamation, alors les formes, vous les mettez aussi.

- C'est pas moi, bandes d'emmerdoukeuses ! Je m'fais mettre c'est pas moi qui mets, c'est La Taulière, moi  j'mets des mains à la pâte, des mains aux culs, la main la bite, merde, pas la tête, putain! Merde alors! On s'fait chier dans c'blog depuis qu'elle a eu le coeur à l'envers l'autre! C'est désert ou fromage de tête! Merde et merde!

Il a raison Troudup, ça commence à bien faire.

- Pense à ton père ! me lance une voix depuis très loin, très loin, je ne sais qui m'envoie cette bouée.

- C'est moi eh patate ! C'est moi, eh peau de fesse ! C'est moimoi, ta Marie-Thérèse!

Bien sûr, c'est elle, elle c'est moi,

- T'as raison, t'as raison, je  réponds, je vais ouvrir les cages et laisser sortir les piafs, tant pis pour les effets secondaires.

- Pauv' cloche envoie Richard, y a pas d'effets secondaires, c'est toi l'effet secondaire.

Il est gonflé mon frère, parce que c'est lui le deuxième, moi je suis le numéro trois.

 

Posté par Marite de Vos à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 juin 2012

Mots manquent

- Et alors ? Quoi ? Hein ? Qui ? 

Troudup est énervé, ce qui l'énerve c'est La Taulière. Elle a tout quitté depuis trois mois, il ne sait plus qui il est.

- Bien sûr que je sais qui il est, ce que j'ai perdu ce n'est pas moi, c'est le chemin du Petit Renard, et je ne sais plus le nom de mon chien.

- Batbourg en face de l'école, Léon, je réponds.

- Batbourg, j'y suis retourné maintes fois, répond-il à son tour, mais je n'y ai point trouvé mes marques. Sans doute me suis-je trompé de tome.

Il parle un langage qui me surprend.

- Vous avez tort d'être surprise, ce langage est celui d'un homme qui n'en a plus de propre pour cause d'abandon. Vous m'avez jeté à la rue.

- A la rue ?

- Pour un personnage de roman, ma chère, la rue c'est le dictionnaire.

- C'est pas si mal le dictionnaire.

- Manque de caractère, dit Troudup, manque de surprise, manque de vie. Le dictionnaire savez-vous, c'est le musée des mots, on visite, parfois on peut prendre des photos, et on s'en va.

- Le Petit Renard est dans Batbourg IV, après la période théâtre, de La Pomme Maudite à Enlève tes doigts de la prise et avant Les Voies Obscures.

- Ah, quand même, au moins une piste, j'y vais.

- C'est ça, couvrez-vous, il tombe des cordes, des hallebardes, il pleut comme vache qui pisse.

Il a raison Troudup, le dictionnaire ça sent la mort.

 

Posté par Marite de Vos à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 janvier 2012

La Voie du cul de jatte manchot.

Paulette Dolstein prendrait bien La Taulière en photo, pour garder trace du 2 janvier 2012.

Fabienne Berman ne se pose pas de question, elle fait la photo, Robert Dieu est songeur, il a  déjà vécu ça. Et d'ailleurs, pense-t-il, on n'en a pas tiré les bénéfices, il sort son bloc et fait des opérations.

Depuis son haut, La Taulière les trouve petits joueurs.

- L'évènement est minuscule, moi je vous le dis, il n'y a pas de quoi  faire la Une des carnets de route des psy, sociologues et marketteurs de haut vol, un lumbago, ça arrive à tout le monde.

- Certes,  dit Troudup.

Et alors là, oui, La Taulière voit le problème, faire dire certes à Troudup, se reproche-t-elle, c'est signe qu'elle a un intrus dans la cafetière, un ver luisant à courant alternatif, ou la coquette limace en Stiletto.

- T'inquiètes, dit Troudup, qui la tutoie, encore imbibé des réveillons successifs des quinze jours passés. T'inquiètes, ça va passer.

- Mais qu'est-ce qui va passer ? hurle l'écho du ver qui me tricote un cervelet fluo.  Et avec quoi tricote-t-il ce cul de jatte de ver manchot?

- Avec des aiguilles, c'te blague, répond La Myrtille Souche.

- C'est vrai ça, dis-je, que se passe-t-il ? Qu'est-ce qui se passe ? Que pasa ?

- Rien de grave, finit par dire Dolstein, il semble que l'interne des urgences y soit allé trop fort sur la morphine.

- Mmh, que je dis, wourmmm, mmmh, que je refais, c'est donc ça ! La morphine rend myope, voilà pourquoi je ne décolle pas du plafond ! Je cherche depuis ce matin le passage pour  l'étage au dessus. Respire encore, que je me redis, tu vas y arriver, car moi aussi  je me tutoie. Respire et entre dans la Voie du Chemin, laisse l'Esprit du Suppositoire te Pénétrer et tu Trouveras le Tunnel qui Mène à la Lumière. En Vérité Je Vous Le Dis, 2012 sera l'Année des Majuscules Ou Ne Sera Pas.

- La Taulière ne bouge pas, dit Louka. Quoi qu'il arrive, on la trouve telle qu'en elle-même l'éternité ne la change pas.

Je suis vexée mais je ne réponds rien à Louka parce que je suis sur le point de traverser les murs.

A propos de passer à travers, Bonne Année 2012! Qu'elle soit belle et bonne, douce et piquante, sucrée salée, and so on.

Ça y est, je suis de l'autre côté du plafond, je vais tout savoir sur les voisins !


Posté par Marite de Vos à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 décembre 2011

Dans la kvizinn

- La Patronne, dit Troudup, t'as vu, elle fait la cuisine ? J'en r'viens pas.

- Caisse-tu racontes, dit Suzy Troudy, quelle patronne? Quelle Cuisine ? Y a du nouveau au P'tit Renard ?

- Oh ben non, c'est toujours Nono qu'est l'patron, et pour la cuisine, j'en mange pas.

- Ça je l'sais, au P'tit Renard, tu bois, pis c'est tout.

- Mais la Patronne, enfin La Taulière, qu'est-ce qu'elle peut bien foutre dans une cuisine ?

- A c'qu'on dirait, dit la Myrtille Souche, si a s'rait en cuisine, c'est qu'ça s'rait un être humain.

- Pas comme nous alors, dit Léon, songeur.

- J'vois pas l'rapport, dit Troudup, dans la cuisine à Suzy, y a des robots qui triment, j'vois pas l'rapport.

- E'l'rapport, dit la Myrtille, c'est qu'al bouffe!

- Nan, c'est qu'al fait à bouffer.

- Et surtout, complète Paulette Dolstein, elle nourrirait d'autres que vous, est-ce possible ?

Ils sont troublés, dois-je les éclairer ?

Disons que je suis dans la kvizinne, l'arrière-boutique où je cultive et traite les pissenlits par la  salade et par les racines. Car si la mémoire passe par les mots, qui seraient le propre de l'homme, la mémoire et les mots, moi je crois, car il s'agit de foi, que ça passe d'abord par les lèvres, la langue, les papilles, l'oesophage et l'estomac.

- Et tout ça finit dans les cabinets et la chasse d'eau, précise encore Paulette Dolstein.

- Les déchets, oui, dit Robert Dieu, les déchets finissent ainsi.

- Pas toujours, dit Paulette.

 

Posté par Marite de Vos à 11:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


30 novembre 2011

Battons la campagne

- Eh, dit Troudup, Eh! Eh!  Léon Président, moi je serai premier ministre, hein! C'est pas con !

Que si pense Léon, si je serais président, je choisirai un premier ministre à la hauteur. Et il note qu'il ne l'est point encore que déjà il fait entorse aux lois grammaticales, ça lui fait de la peine, il se croyait au dessus des dérives du pouvoir.

- Tu prendras un Doberman dit Le Marché, ils inspirent le respect.

Léon se demande si Le Marché peut lire dans sa tête, alors il pense discrètement, Léon président ! Moi quelqu'un ! Pas question, chien je suis, chien je reste. Chien, c'est ma nature, c'est mon destin.

- Et d'ailleurs dit Troudup, Tintin, justement, je sais des trucs pas bien jolis, hein. Tintin, son effarante double vie ! C'est dans Paris-Crache en première page.

- C'était pas Tintin, dit Suzanne Troudy.

-T'as rien compris ma poule, c'est Tintin incognito, Tintin sous couverture, i zy ont donné un nom de code, mais c'est lui l'embrouille. Tu te rends compte, mon chien Président, c'est beau Le Progrès.

 

Posté par Marite de Vos à 01:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 novembre 2011

Léon président ! Léon président !

Les dalmatiens sont trop nombreux pour qu'on se souvienne de leurs noms. Il y a Rintintin, Lassie, Toto et aujourd'hui, Tintin qui revient.

Léon n'est pas le premier chien venu, d'ailleurs les premiers venus sont tous morts, c'est la leçon des Dix Commandements, les aînés c'est la plaie.

Fabienne Berman soupire, le sujet Léon n'est pas si fécond.

- Tant pis qu'elle dit, j'arrête.

- Qu'est-ce qui vous tient sur ce sujet ? dit Dolstein.

- C'est ce Troudup. Il veut que son chien soit célèbre.

- C'est un bon exercice dit Robert Dieu, le marché des animaux est saturé, si on pouvait l'ouvrir sur d'autres perspectives...

Bruno Ragazzi se joint au brainstorming et ça fuse. Ils lancent le tout venant, de la téléréalité sur des chiens pour des chiens, des clubs vacances, des cours privés, la chirurgie esthétique, rajeunir, améliorer, refaire les truffes molles, implants de poils...

- Pas une idée là-dedans dit Dolstein, tout est à jeter !

Une sonnerie  subliminale retentit silencieusement sous la forme des premières mesures de Carmina Burana, c'est la ligne intérieure, ils décrochant mentalement tous les quatre.

- Allo ? disent leurs inconscients, c'est qui ?

- C'est le Marché dit Le Marché avec une voix grave, éraillée qui part dans les aigus, comme celle  d'un adolescent en pleine mue.

- Oui ? Quoi ?

- Je me suis trompé de numéro dit la voix, je voulais appeler Léon.

Et il raccroche.

- Le Marché est parfaitement immature, transmet l'inconscient de Dolstein.

- On le sait disent ceux des trois autres.

- Allo, oui ? dit Léon, et après un court silence il dit non, et il raccroche, il est marteau celui-ci !

- Caisse ki dit ? demande Troudup.

- Il veut que je sois candidat aux présidentielles, il fera ce qu'il faut et je serai le prochain président.

- Ah le con, rigole Troudup, c'te blague, un chien président !

- Ne sous-estimez pas Le Marché dit Robert Dieu.

 

26 novembre 2011

La Vérité Tintin

: Troudup annonce: La vérité sur Tintin.

- Nan, dit Troudup, j'préfère pas qu'on mette Troudup.

- Je mets quoi alors ? demande Fabienne Berman.

- Ben chais pas, c'est vous qui communique.

- Pourquoi vous ne voulez pas Troudup ?

- C'est pas mon nom, j'm'appelle Troudy pour mon compte.

- Ah oui, mettons Troudy annonce, alors.

- Ben nan, tout le monde m'appelle Troudup, c'est plié.

- Bon, soupire Berman, et elle regrette d'avoir proposé son aide à Troudup. Qu'est-ce qu'on met ?

- Troudup cause.

- C'est "annonce" qui vous embêtait ?

- Ouais. C'est aux cartes qu'on fait les annonces, moi j'cause et pis c'est tout.

- D'accord. Troudup vous cause.

- Nan ! Troudup cause, ça suffit.

- C'est comme vous voulez. Pourquoi vous m'avez demandé un coup de main ?

- J'croyais qu'c'était plus compliqué.

- Eh bien, je vous laisse, voilà le clavier, à vous de faire.

Fabienne note que le rapport de Troudup à Internet est plus direct  qu'elle le croyait.

Mais en fait on dirait que non. Troudup se méfie. Quand il tape, avec l'index, une lettre sur le clavier, elle s'affiche sur l'écran, mais il doit vérifier qu'elles sont toutes conformes, il craint un complot de l'ordinateur qui écrirait à sa place, mais non.

- Alors, alors, alors, dit-il bien fort au cas où On débarquerait dans le bureau pour lui reprocher d'être là. Il attend, personne, il commence à écrire lentement le titre:

Troudup cause: Léon dit tout sur Tintin.

Puis il ajoute presque, et là, c'est parfait: Léon dit presque tout sur Tintin.

Il sent l'effort de l'écriture au bout de son index, ça suffit pour aujourd'hui.

Il vient d'inventer le feuilleton, la pipeaulisation de l'incélèbre et le teasing.

 

Posté par Marite de Vos à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 novembre 2011

Des mots = no logis

- Et pourquoi pas ? dit Astrid au docteur Tayeurt, son mari.

Lui est contre, il avait dit non pour l'astrologie. Un cabinet d'astrologie sur le palier d'un cabinet de médecin, ça prête à confusion, c'est impossible. De toute façon le Conseil de l'Ordre n'acceptera jamais.

Et comme le Conseil de l'Ordre se fiche autant d'Astrid qu'Astrid se fiche de lui, Astrid a vissé sa plaque près de celle de son mari.

La clientèle s'est partagée entre les deux spécialistes et l'interaction donna de bons résultats. Les anxieux passaient par chez Astrid avant la consultation du docteur pour savoir ce qu'en diraient les étoiles, les autres s'y arrêtaient après. Le diagnostic, disaient-ils, soyons sérieux, personne n'y croit. 

- Mais, dit le docteur Tayeurt, tu n'as pas le droit d'ouvrir un cabinet de consultation dans l'Appartement.

- Et pourquoi donc ? L'Appartement c'est chez nous.

- Mais les Autres ?!

- On verra ce que les Autres en disent, moi j'ouvre. Je dirais le passé, le présent et l'avenir, je dirais le temps.

- La météo en somme, dit Fabienne Berman.

- On peut dire ça. Je lis dans les mots le temps qu'il fait dans la vie des gens qui sont. Voici ma méthode, alors voyons par exemple je prends le mot: pontage.

Je pose pontage     je retire pont

reste age.

Bon.

Je pose pontage     je retire age

reste pont.

Bon.

Si pas pontage, l'age sans pont disparaît,

reste mort     je retire r

reste mot.

Point.

- So what ? dit Troudup, dans un état quaternaire dû à son jumelage avec un Glenfiddich douze ans de tonneau. Sans doute de là vient sa subite pratique de l'anglais.

- Oh, ben c'est facile, répond son chien Léon qui n'a rien bu. Certains vieux meurent si on ne les opère point. Le pontage permet de continuer à compter ses années.

- And so on ? poursuit Troudup qui commence à réaliser qu'il cause en briton, ça le trouble.

- Ouah! Ouah! répond Léon, ce qui veut dire ras-le-bol, débrouille-toi pour la traduction.

- Et bien, dit Tayeurt à sa femme, répond ? Dis-nous ce que ça veut dire ?!

- Peut me chaut, lance Astrid, que chacun trouve sa voie ! (et si j'enlève o, reste vie, et toc dans ta face !)

- C'est ça, dit Troudup, cause à mon cul !

Le charme est rompu, son anglais s'est envolé, Fabienne Berman barre d'un trait rouge la piste de l'apprentissage des langues étrangères par immersion culturelle. Dommage pense-t-elle, cétait un bon argument de vente, whisky, vodka, mezcal, rhum, cachaça, schnaps, calva, saké, téquila, etc. ça me saoule ces fausses pistes, je vais me torcher au tilleul-menthe.

Bref, conclus-je Berman est déprimée.

 

Posté par Marite de Vos à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 novembre 2011

Radio l'onde.

- Chavais pas que j'l'avais pis j'l'avais.

- Lavait quoi ?

- Chais pas.

- Fait chier jamais savoir.

- Chavais pas pis c'est tout. Mais j'l'avais quoi, l'était content.

- Qui ça qu'était content ?

- Ben moi j'l'étais.

- Chavais pas.

- Personne sait tout.

- Incroyable, dit Fabienne Berman qui a renoncé à prendre note.

- C'est naturel répond Paulette Dolstein, ça coule de source.

- Je déteste ces échanges, je ne peux rien faire de ça.

- Ce n'est pas de la sociologie ma chère, dit Dolstein.

- Mais où est-elle leur source?

- Chais pas répète Troudup, chais pas, c'est ça que j'l'avais pis que j'l'ai plus.

- Qu'est-ce qu'elle nous fait celle-là, et qui et quoi ! Foutez-y nous la paix zut et merde, dit Myrtille Souche prise dans une émotion qui poisse l'âme comme une sale glu.

Ce soir, le monde est vague, l'Appartement se demande où le fleuve est né et quel âge il a, mais moi je m'en fous, la source n'a que faire du temps elle vient d'ailleurs.

 

Posté par Marite de Vos à 21:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,